...

Monseigneur Léonard tire, sans surprise dans le chef du plus haut dignitaire de l'Eglise catholique, un bilan négatif de dix ans de dépénalisation de l'euthanasie en Belgique, estimant qu'il ne serait pas raisonnable d'envisager un élargissement du champ d'application de la loi. "Les craintes exprimées il y a dix ans sont aujourd'hui réalité. A l'époque, plusieurs précautions avaient été prévues par le législateur afin de circonscrire strictement le champ d'application de la loi. Mais une fois la porte entrouverte, l'entrebâillement s'élargit inévitablement", écrit l'archevêque renvoyant à l'analyse des travaux de la Commission fédérale produite par l'Institut européen de bioéthique, une asbl dont le comité scientifique est composé de personnalités d'orientation chrétienne. Selon cet institut qui a publié en avril un rapport sur les dix ans de la dépénalisation de l'euthanasie, "la Commission interprète en effet très librement le texte de la loi jusqu'à en arriver à réduire à néant le contrôle qu'elle doit exercer sur un certain nombre de conditions légales". L'institut y dénonce également le poids dans la Commission fédérale de l'association pour le droit de mourir dans la dignité.Les membres de la Commission fédérale sont nommés, en veillant à assurer une représentation pluraliste, par arrêté royal délibéré en Conseil des ministres, sur une liste double présentée par le Sénat.