Plus de 5.000 personnes ne présentant aucun symptôme ont déjà été testées au sein de l'infrastructure de dépistage depuis le début du programme le 6 août. S'il s'agit surtout de personnes revenues d'un séjour en zone rouge ou ayant été contactées dans le cadre du tracing social, le "village" dispose d'une capacité journalière d'environ 600 visiteurs, qui pourrait être augmentée en fonction des besoins.

Le dépistage a été ouvert aux personnes de retour d'une zone orange et s'élargit désormais à deux catégories de personnes supplémentaires. Les tests des personnes qui souhaitent se rendre à l'étranger ne sont pas remboursés. Quiconque se trouvant en quarantaine à la suite d'un contact à risque ou au retour d'un voyage, et qui a déjà obtenu un résultat négatif à un premier test, peut, sur invitation, se faire dépister gratuitement une deuxième fois. En cas de résultat négatif, la période de quarantaine pourra être raccourcie.

Un projet pilote permettra également, dans les prochains jours, à dix entreprises anversoises de faire tester leurs employés dans le "village" de dépistage par l'intermédiaire de leur médecin du travail. Ceci devrait permettre de filtrer les employés ayant des contacts à haut risque. "Nous voulons ainsi éviter que les entreprises tournent inutilement au ralenti", déclare Claude Marinower, échevin de l'Economie. "La priorité est donnée aux entreprises de secteurs cruciaux. Il s'agit d'une expérience à petite échelle qui, après évaluation, pourra éventuellement être élargie à d'autres entreprises".

Le "village" de dépistage d'Anvers reste cependant accessible uniquement aux personnes qui ne présentent pas de symptômes du coronavirus et qui vivent à Anvers, Schoten, Borsbeek, Stabroek ou Wommelgem. Le pré-enregistrement est obligatoire via www.testcovid.be.

Les personnes présentant des symptômes doivent quant à elles contacter leur médecin traitant.

Source : Belga

Plus de 5.000 personnes ne présentant aucun symptôme ont déjà été testées au sein de l'infrastructure de dépistage depuis le début du programme le 6 août. S'il s'agit surtout de personnes revenues d'un séjour en zone rouge ou ayant été contactées dans le cadre du tracing social, le "village" dispose d'une capacité journalière d'environ 600 visiteurs, qui pourrait être augmentée en fonction des besoins. Le dépistage a été ouvert aux personnes de retour d'une zone orange et s'élargit désormais à deux catégories de personnes supplémentaires. Les tests des personnes qui souhaitent se rendre à l'étranger ne sont pas remboursés. Quiconque se trouvant en quarantaine à la suite d'un contact à risque ou au retour d'un voyage, et qui a déjà obtenu un résultat négatif à un premier test, peut, sur invitation, se faire dépister gratuitement une deuxième fois. En cas de résultat négatif, la période de quarantaine pourra être raccourcie. Un projet pilote permettra également, dans les prochains jours, à dix entreprises anversoises de faire tester leurs employés dans le "village" de dépistage par l'intermédiaire de leur médecin du travail. Ceci devrait permettre de filtrer les employés ayant des contacts à haut risque. "Nous voulons ainsi éviter que les entreprises tournent inutilement au ralenti", déclare Claude Marinower, échevin de l'Economie. "La priorité est donnée aux entreprises de secteurs cruciaux. Il s'agit d'une expérience à petite échelle qui, après évaluation, pourra éventuellement être élargie à d'autres entreprises". Le "village" de dépistage d'Anvers reste cependant accessible uniquement aux personnes qui ne présentent pas de symptômes du coronavirus et qui vivent à Anvers, Schoten, Borsbeek, Stabroek ou Wommelgem. Le pré-enregistrement est obligatoire via www.testcovid.be. Les personnes présentant des symptômes doivent quant à elles contacter leur médecin traitant.Source : Belga