...

Etant donné que la production de vaccins prend un certain temps, l'OMS décide au préalable contre quelles variantes du virus le vaccin doit être actif. Un risque calculé qui s'est cependant avéré malheureux cette année, selon plusieurs spécialistes interrogés par les quotidiens.Ces problèmes auraient pu être anticipés, estime le virologue Marc Van Ranst. "Il y a pour la première fois sur le marché des vaccins de nouvelle génération, mais le Conseil supérieur de la Santé a refusé d'opter pour ceux-ci de peur d'avantager GSK, son unique producteur."Une situation similaire l'hiver passé avait mené à une augmentation de quelque 4.400 décès pendant les trois premiers mois de l'année.