En pointe pour le séquençage des variants, le Royaume-Uni va débloquer 29,3 millions de livres (33,8 millions d'euros) pour augmenter les capacités de dépistage du centre militaire de Porton Down (photo : qui accueillait le 11 novembre dernier le Premier ministre Boris Johnson), a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué.

Ce dernier pourra ainsi traiter 3.000 échantillons par semaine, contre 700 actuellement, pour mesurer le niveau d'anticorps générés par les vaccins en vue de développer plus rapidement des sérums contre des mutations de la maladie Covid-19.

"L'augmentation des capacités de dépistage de Porton Down va assurer que le Royaume-Uni garde une longueur d'avance sur le virus", a expliqué le ministère.

Le pays, le plus endeuillé par la pandémie en Europe avec plus de 127.000 morts, est aussi l'un de ceux où la vaccination est la plus avancée avec 35 millions de personnes ayant reçu une première dose (les deux tiers des adultes) et 15 millions deux doses (30% des adultes).

Si le long confinement imposé pendant l'hiver et la vaccination ont largement réduit le nombre de cas, d'hospitalisations et de décès, le gouvernement craint l'arrivée de nouveaux variants résistants aux vaccins disponibles.

Il a maintenu pour l'instant de strictes restrictions aux frontières. Les vacances à l'étranger doivent être de nouveau autorisées à partir du 17 mai mais seuls quelques pays devraient bénéficier d'exemptions de quarantaine, selon la presse britannique, les autorités espérant assouplir les conditions de déplacement pour une partie de l'Europe d'ici au mois de juillet.

En pointe pour le séquençage des variants, le Royaume-Uni va débloquer 29,3 millions de livres (33,8 millions d'euros) pour augmenter les capacités de dépistage du centre militaire de Porton Down (photo : qui accueillait le 11 novembre dernier le Premier ministre Boris Johnson), a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué. Ce dernier pourra ainsi traiter 3.000 échantillons par semaine, contre 700 actuellement, pour mesurer le niveau d'anticorps générés par les vaccins en vue de développer plus rapidement des sérums contre des mutations de la maladie Covid-19. "L'augmentation des capacités de dépistage de Porton Down va assurer que le Royaume-Uni garde une longueur d'avance sur le virus", a expliqué le ministère. Le pays, le plus endeuillé par la pandémie en Europe avec plus de 127.000 morts, est aussi l'un de ceux où la vaccination est la plus avancée avec 35 millions de personnes ayant reçu une première dose (les deux tiers des adultes) et 15 millions deux doses (30% des adultes). Si le long confinement imposé pendant l'hiver et la vaccination ont largement réduit le nombre de cas, d'hospitalisations et de décès, le gouvernement craint l'arrivée de nouveaux variants résistants aux vaccins disponibles. Il a maintenu pour l'instant de strictes restrictions aux frontières. Les vacances à l'étranger doivent être de nouveau autorisées à partir du 17 mai mais seuls quelques pays devraient bénéficier d'exemptions de quarantaine, selon la presse britannique, les autorités espérant assouplir les conditions de déplacement pour une partie de l'Europe d'ici au mois de juillet.