...

Selon la presse locale, le débat sur la nationalité des hauts cadres d'institutions publiques agite la classe politique genevoise depuis quelques mois. Mi-septembre, le Français Guy Vibourel, aspirant à la présidence des Transports publics de Genève, a jeté l'éponge en raison de la polémique créée autour de sa nationalité et de la volonté de certains partis de privilégier des Suisses à la tête des grandes entreprises publiques.Dans le cas du Pr Marc Noppen, "ses compétences ont été jugées supérieures à celles des autres candidats par la commission de sélection", écrit le quotidien suisse Le Temps sur son site internet. Néanmoins, "son engagement aurait impliqué l'octroi d'une rémunération sans rapport avec les pratiques locales et supérieure au salaire de l'actuel directeur général", a précisé M. Halpérin. Selon le Syndicat suisse des services publics, le Pr. Noppen aurait demandé 600.000 francs suisses de salaire annuel (un peu plus de 495.000 euros), tandis que, "l'actuel directeur général gagne 380.000 francs suisses par an" (soit près de 315.000 euros), selon M. Halpérin.Contacté par l'Agence Belga, le Pr Marc Noppen n'était pas au courant de son éviction et n'a pas souhaité réagir. Le conseil d'administration des HUG a dit regretter que le professeur ait appris la nouvelle par la presse.