Les différentes autorités de notre pays ont désormais acheté de grandes quantités de tests rapides, selon des critères proposés par l'AFMPS et validés par la Task Force Testing. (https://www.afmps.be/fr/humain/produits_de_sante/dispositifs_medicaux/covid_19/tests).

Les grandes lignes du schéma stratégique :

-Le test PCR reste l'étalon-or et est utilisé pour fournir le diagnostic le plus concluant possible et pour démontrer une contamination Covid-19 pour tous les groupes cibles.

-Chez les patients présentant des symptômes (patients symptomatiques), les tests antigènes rapides sont presque aussi fiables que le test PCR. Les tests antigènes rapides doivent être effectués dans les 5 premiers jours suivant l'apparition des symptômes, sinon la sensibilité diminue considérablement (risque de faux négatifs). La sensibilité des tests rapides dépend également en grande mesure de la qualité du prélèvement. Ils doivent donc être effectués par un personnel formé et dans un environnement adéquat qui garantit la sécurité de chacun. En cas de forte suspicion de Covid-19 et d'un test rapide négatif ou en cas de personnes vulnérables ayant des plaintes Covid-19, un test PCR doit être demandé.

-Chez les personnes ne présentant pas de symptômes (patients présymptomatiques ou asymptomatiques), les tests antigènes rapides, basés sur un nombre limité d'études, sont nettement moins fiables que le test PCR. Dans la phase présymptomatique, les tests rapides ne sont pas fiables. Cependant, les tests rapides sont fiables chez les personnes qui restent asymptomatiques avec une charge virale élevée, et sont donc contagieuses comme les maisons de soins et de repos.

-Les échantillons de salive sont prometteurs pour des tests répétés parce que la salive peut être prélevée par les individus eux-mêmes (sans l'intervention du personnel de soins et l'utilisation d'équipements de protection) et parce que c'est plus adapté aux enfants. Toutefois, un test PCR doit être effectué sur ces échantillons, et non un test antigène rapide. En Wallonie, un grand projet pilote a été lancé, dans le cadre duquel le personnel de toutes les maisons de soins et de repos non infectés est testé chaque semaine à l'aide de la salive du matin. On examinera si ce dépistage hebdomadaire peut prévenir les épidémies.

-L'auto-test n'est pas autorisé par la loi pour le moment, mais pourrait éventuellement faire partie de la stratégie de test.

-D'autres méthodes de test (par exemple, l'utilisation de chiens pisteurs, des tests respiratoires, etc.) sont en cours d'examen.

Où et comment utiliser les tests antigènes rapides :

-Ces tests peuvent être utilisés immédiatement à l'hôpital sur des patients symptomatiques sous la responsabilité du laboratoire de biologie clinique. Dans certains hôpitaux, ces tests sont désormais également utilisés.

-Au cours des prochaines semaines, des projets pilotes seront mis en place pour déployer des tests antigènes rapides pour les patients symptomatiques dans les centres de test et de triage et les cabinets de médecins généralistes.

-Les tests peuvent être utilisés immédiatement pour le diagnostic des contaminations, chez les personnes sans plaintes dans le cadre d'une étude de cluster dans les collectivités à profil faible risque, telles que les écoles, les entreprises, les clubs sportifs, l'aide spéciale à la jeunesse (c'est-à-dire hors des établissements de soins). Dans les écoles secondaires, l'accent est mis sur l'aide à la continuité des activités. L'utilisation de tests antigènes rapides offre une solution pour le dépistage rapide des élèves et des enseignants/du personnel scolaire dans le cadre des clusters et le maintien des classes ouvertes.

Dans quels casces tests ne constituent pas une preuve concluante :

Les tests antigènes rapides ne peuvent pas être utilisés comme preuve concluante de l'absence d'une infection Covid-19 dans une population aléatoire. Tout au plus peut-on dire que le jour d'un test négatif, cette personne pourrait ne pas être contagieuse. Cela signifie qu'un test négatif chez une personne asymptomatique :

-N'est pas une preuve concluante que cette personne n'a pas de contamination Covid-19.

-À aucun moment, il ne peut être une raison de ne pas respecter les règles de base, de refuser la quarantaine ou de la faire cesser prématurément.

C'est l'une des raisons pour lesquelles les tests antigènes rapides non conformes aux directives de Sciensano ne seront en aucun cas remboursés par l'assurance maladie (par exemple, les tests dans le cadre d'un voyage, de l'organisation d'événements, dans un contexte économique, ... ).

Pourquoi il faut centraliser les résultats des tests:

Il est important que les résultats des tests rapides soient stockés de manière centralisée. De cette façon, ils peuvent être transférés au contact tracing car les contacts à haut risque des personnes infectées détectés par un test rapide doivent également être contactés pour un test et la quarantaine nécessaire. En outre, il est important que, par exemple, en cas de test rapide effectué par un médecin scolaire ou d'entreprise, le médecin généraliste ou le patient lui-même puisse récupérer ses résultats.

Une base de données de résultats distincte est mise en place et un système informatique qui permet d'atteindre cet objectif sans trop de charges administratives supplémentaires pour les médecins et les centres de prélèvement d'échantillons.

Ce système devrait être opérationnel au début du mois de décembre.

Les différentes autorités de notre pays ont désormais acheté de grandes quantités de tests rapides, selon des critères proposés par l'AFMPS et validés par la Task Force Testing. (https://www.afmps.be/fr/humain/produits_de_sante/dispositifs_medicaux/covid_19/tests).Les grandes lignes du schéma stratégique :-Le test PCR reste l'étalon-or et est utilisé pour fournir le diagnostic le plus concluant possible et pour démontrer une contamination Covid-19 pour tous les groupes cibles.-Chez les patients présentant des symptômes (patients symptomatiques), les tests antigènes rapides sont presque aussi fiables que le test PCR. Les tests antigènes rapides doivent être effectués dans les 5 premiers jours suivant l'apparition des symptômes, sinon la sensibilité diminue considérablement (risque de faux négatifs). La sensibilité des tests rapides dépend également en grande mesure de la qualité du prélèvement. Ils doivent donc être effectués par un personnel formé et dans un environnement adéquat qui garantit la sécurité de chacun. En cas de forte suspicion de Covid-19 et d'un test rapide négatif ou en cas de personnes vulnérables ayant des plaintes Covid-19, un test PCR doit être demandé.-Chez les personnes ne présentant pas de symptômes (patients présymptomatiques ou asymptomatiques), les tests antigènes rapides, basés sur un nombre limité d'études, sont nettement moins fiables que le test PCR. Dans la phase présymptomatique, les tests rapides ne sont pas fiables. Cependant, les tests rapides sont fiables chez les personnes qui restent asymptomatiques avec une charge virale élevée, et sont donc contagieuses comme les maisons de soins et de repos.-Les échantillons de salive sont prometteurs pour des tests répétés parce que la salive peut être prélevée par les individus eux-mêmes (sans l'intervention du personnel de soins et l'utilisation d'équipements de protection) et parce que c'est plus adapté aux enfants. Toutefois, un test PCR doit être effectué sur ces échantillons, et non un test antigène rapide. En Wallonie, un grand projet pilote a été lancé, dans le cadre duquel le personnel de toutes les maisons de soins et de repos non infectés est testé chaque semaine à l'aide de la salive du matin. On examinera si ce dépistage hebdomadaire peut prévenir les épidémies. -L'auto-test n'est pas autorisé par la loi pour le moment, mais pourrait éventuellement faire partie de la stratégie de test.-D'autres méthodes de test (par exemple, l'utilisation de chiens pisteurs, des tests respiratoires, etc.) sont en cours d'examen.Où et comment utiliser les tests antigènes rapides :-Ces tests peuvent être utilisés immédiatement à l'hôpital sur des patients symptomatiques sous la responsabilité du laboratoire de biologie clinique. Dans certains hôpitaux, ces tests sont désormais également utilisés.-Au cours des prochaines semaines, des projets pilotes seront mis en place pour déployer des tests antigènes rapides pour les patients symptomatiques dans les centres de test et de triage et les cabinets de médecins généralistes.-Les tests peuvent être utilisés immédiatement pour le diagnostic des contaminations, chez les personnes sans plaintes dans le cadre d'une étude de cluster dans les collectivités à profil faible risque, telles que les écoles, les entreprises, les clubs sportifs, l'aide spéciale à la jeunesse (c'est-à-dire hors des établissements de soins). Dans les écoles secondaires, l'accent est mis sur l'aide à la continuité des activités. L'utilisation de tests antigènes rapides offre une solution pour le dépistage rapide des élèves et des enseignants/du personnel scolaire dans le cadre des clusters et le maintien des classes ouvertes. Dans quels casces tests ne constituent pas une preuve concluante :Les tests antigènes rapides ne peuvent pas être utilisés comme preuve concluante de l'absence d'une infection Covid-19 dans une population aléatoire. Tout au plus peut-on dire que le jour d'un test négatif, cette personne pourrait ne pas être contagieuse. Cela signifie qu'un test négatif chez une personne asymptomatique :-N'est pas une preuve concluante que cette personne n'a pas de contamination Covid-19.-À aucun moment, il ne peut être une raison de ne pas respecter les règles de base, de refuser la quarantaine ou de la faire cesser prématurément.C'est l'une des raisons pour lesquelles les tests antigènes rapides non conformes aux directives de Sciensano ne seront en aucun cas remboursés par l'assurance maladie (par exemple, les tests dans le cadre d'un voyage, de l'organisation d'événements, dans un contexte économique, ... ).Pourquoi il faut centraliser les résultats des tests: Il est important que les résultats des tests rapides soient stockés de manière centralisée. De cette façon, ils peuvent être transférés au contact tracing car les contacts à haut risque des personnes infectées détectés par un test rapide doivent également être contactés pour un test et la quarantaine nécessaire. En outre, il est important que, par exemple, en cas de test rapide effectué par un médecin scolaire ou d'entreprise, le médecin généraliste ou le patient lui-même puisse récupérer ses résultats. Une base de données de résultats distincte est mise en place et un système informatique qui permet d'atteindre cet objectif sans trop de charges administratives supplémentaires pour les médecins et les centres de prélèvement d'échantillons. Ce système devrait être opérationnel au début du mois de décembre.