...

Ce juriste, ancien ministre de l'Intérieur et des Affaires étrangères, était critiqué pour ses positions très conservatrices sur l'avortement et sur les homosexuels. Lors de son audition devant les eurodéputés, il s'est dépeint comme un conservateur modéré, tout en restant discret sur ses convictions personnelles.Ses promesses de respecter le cadre européen n'ont pas convaincu une grande partie de l'assemblée, en particulier les élus des pays plus progressistes sur les questions sociétales. Dans un communiqué diffusé mercredi matin, le groupe socialiste faisait savoir que deux tiers de ses membres étaient opposés à la candidature, faisant craindre un rejet ou pour le moins un vote serré.Les socialistes belges, notamment, ont voté contre lui. "Je regrette ce casting! Monsieur Borg, de par les propos qu'il a tenus, tout au long de sa carrière, est un homme d'exclusion bien plus que de rassemblement piétinant l'égalité des genres et les droits de la femme, stigmatisant les homosexuels ou rejetant ceux qui ne partagent pas sa foi", a commenté leur chef, Marc Tarabella.Mais M. Borg a finalement obtenu une majorité assez large, à a satisfaction du groupe conservateur (PPE), pour qui "le bon sens a prévalu".