Les dépistages ont repris progressivement en mai, avec un volume d'activité limité. "Le nombre de mammotests mensuels est revenu à un niveau légèrement supérieur par rapport à 2019 dès le mois d'août, mais c'est encore trop peu significatif que pour que l'on puisse déjà en tirer des conclusions", a souligné la ministre.

"Tout se passe comme si les femmes restaient hésitantes à se présenter dans les institutions de soins malgré les messages de sensibilisation rassurants et le respect strict des mesures d'hygiène", a-t-elle ajouté.

Cette dernière est par ailleurs revenue sur la campagne "Octobre rose" en faveur du dépistage du cancer du sein. "Malgré les moyens impressionnants pour diffuser cette campagne, force a été de constater qu'elle n'a pas produit l'effet escompté sur le dépistage organisé, ni en Wallonie, ni à Bruxelles", le taux de participation à une mammographie de dépistage organisé pour la Wallonie plafonnant à 7,4% de 2009 à 2017, a pointé Christie Morreale (PS).

"Malheureusement avec l'arrivée du covid, l'opportunité de travailler à la mise à jour du protocole du programme de dépistage organisé du cancer du sein n'a pas pu se concrétiser en 2020. Nous mettons tout en oeuvre pour que cela soit possible en 2021", a-t-elle encore expliqué.

Les dépistages ont repris progressivement en mai, avec un volume d'activité limité. "Le nombre de mammotests mensuels est revenu à un niveau légèrement supérieur par rapport à 2019 dès le mois d'août, mais c'est encore trop peu significatif que pour que l'on puisse déjà en tirer des conclusions", a souligné la ministre. "Tout se passe comme si les femmes restaient hésitantes à se présenter dans les institutions de soins malgré les messages de sensibilisation rassurants et le respect strict des mesures d'hygiène", a-t-elle ajouté. Cette dernière est par ailleurs revenue sur la campagne "Octobre rose" en faveur du dépistage du cancer du sein. "Malgré les moyens impressionnants pour diffuser cette campagne, force a été de constater qu'elle n'a pas produit l'effet escompté sur le dépistage organisé, ni en Wallonie, ni à Bruxelles", le taux de participation à une mammographie de dépistage organisé pour la Wallonie plafonnant à 7,4% de 2009 à 2017, a pointé Christie Morreale (PS). "Malheureusement avec l'arrivée du covid, l'opportunité de travailler à la mise à jour du protocole du programme de dépistage organisé du cancer du sein n'a pas pu se concrétiser en 2020. Nous mettons tout en oeuvre pour que cela soit possible en 2021", a-t-elle encore expliqué.