...

67,4% des patients étaient âgés de plus de 70 ans et 40,1% avaient plus de 80 ans. L'euthanasie chez les patients de moins de 40 ans reste très peu fréquente (1,5%). Ce sont surtout les patients des tranches d'âge 60, 70, 80 ans qui demandent l'euthanasie (76%). Le groupe de patients le plus important concerne la tranche d'âge entre 80 et 89 ans (28,8%)Le nombre d'euthanasies ayant eu lieu au domicile progresse (45,3%), même si on note un ralentissement en 2019, ainsi que le nombre d'euthanasies pratiquées dans les maisons de repos et maisons de repos et de soins (15,2%). Ceci correspond au souhait du patient de terminer sa vie chez lui. Celles pratiquées à l'hôpital, après avoir diminué en 2018, ont quelque peu augmenté en 2019 et représentent 37,3% des euthanasies.Dans la grande majorité des cas (84,2%), le médecin estimait que le décès du patient était prévisible à brève échéance. Pour la majorité des patients, plusieurs types de souffrances tant physiques que psychiques (à ne pas confondre avec les affections psychiatriques) ont été constatés simultanément (80,9%). Ces souffrances étaient toujours la conséquence d'une ou plusieurs affections graves et incurables.1% des euthanasies concernait des patients inconscients ayant fait une déclaration anticipée. Les affections à l'origine des euthanasies étaient des tumeurs (cancers) (62%), des polypathologies (17,9%), des maladies du système nerveux (8,5%), des maladies de l'appareil circulatoire (3,6%), des maladies de l'appareil respiratoire (2,8%), des affections psychiatriques (1,1%), des maladies du système ostéoarticulaire, des muscles et du tissu conjonctif (1%) et des troubles cognitifs (1%). Les autres catégories représentent toutes rassemblées 2,1% des affections. Le groupe de patients oncologiques reste le groupe le plus important de patients qui demandent l'euthanasie. il s'agissait surtout de tumeurs malignes des organes digestifs, des organes respiratoires, du sein et des organes génitaux (féminins et masculins). Ainsi que l'on peut s'y attendre, le décès de presque tous les patients oncologiques était attendu à brève échéance (99%).Les raisons pour lesquelles ils ont demandé l'euthanasie sont entre autres des métastases symptomatiques intraitables, l'épuisement des possibilités thérapeutiques ou chances de réussite trop faibles des thérapies restantes, une récidive étendue et intraitable, l'échec des soins palliatifs conventionnels, le dépérissement en phase terminale et/ou la crainte d'une souffrance continue sans perspective d'amélioration.À côté de la souffrance physique exprimée et intraitable, il est également souvent mentionné une souffrance psychique grave. Il est aussi fréquemment indiqué que les traitements palliatifs conventionnels ne permettaient pas de maîtriser cette souffrance d'une manière acceptable pour la personne concernée. et que le patient préférait l'euthanasie à une sédation palliative.