Vous allez à la cérémonie d'adieu de votre patient ? Un petit sondage intéressant réalisé par le journal du Médecin (n°2561) montre que les opinions sont partagées ; ceci est laissé à l'appréciation individuelle de chaque médecin. Certains médecins pensent que leur présence aux funérailles est une fin digne d'une bonne relation médecin-patient. La condition est que la relation ait été en effet longue et profonde. D'autres appellent cela "une loi non écrite" de ne pas aller aux funérailles. Après tout, le médecin est souvent impliqué d'une manière ou d'une autre dans la mort. Et la compréhension de la famille n'est pas toujours la même. C'est tout à fait justifié.

D'autant plus que les médecins ne peuvent pas être présents à toutes les funérailles de chaque patient. Celle-ci, pas celle-là ? Favoritisme ? Une solution provisoire possible est d'exprimer sa sympathie à un moment ultérieur - lorsque cela convient à la famille et au médecin -. Bien entendu, vous pouvez également vous limiter à une petite carte de voeux.

Enfin, une note quelque peu cynique. Dans ce monde stérile, beaucoup de choses sont liées à l'argent. Il n'y a pas de numéro de nomenclature pour la présence d'un médecin aux funérailles. Heureusement. Après tout, il s'agit d'humanité, de respect, de compassion, d'empathie... Il s'agit de l'essence de l'être humain, du coeur de la relation entre le malade et le soignant. Essayer d'inclure cela dans une transaction économique banale serait certainement insultant...