...

Une étude menée par le chercheur Roger Gomis de l'Instut de Recherche Biomédicale de Barcelone (IRB) a découvert le gène qui permet aux cellules tumorales du sein de faire des métastases dans les os. Le travail, publié dans le "Journal of National Cancer Institute", peut être la clé qui permet de détecter de manière précoce les patients qui risquent de développer des métastases dans les os et peut accélérer le développement d'un premier traitement préventif contre la métastase osseuse.La métastase osseuse est l'unique type de métastase pour lequel on dispose des médicaments qui, s'il ne la soigne pas, la contrôle. Et la thérapie s'administre seulement quand la métastase se manifeste, c'est-à-dire généralement bien plus tard. Les études préliminaires semblent indiquer que ces mêmes médicaments seraient également valides pour éviter les métastases osseuses. C'est pour cela qu'il peut être très important d'identifier les patients qui seraient à risque de développer ces métastases. " C'est là où la découverte de l'IRB de Barcelone peut être de grande utilité ", explique Gomis.Le traitement préventif contre la métastase osseuse peut provoquer des effets secondaires et avoir un coût élevé. C'est pour cette raison que l'on ne peut l'administrer à grande échelle, surtout quand seulement 15-20% des patients développent des métastases avec le temps. Les expérimentations de l'IRB se sont centrées sur l'analyse des tumeurs mammaires, plus spécifiquement celles qui provoquent des métastases osseuses pour découvrir que c'est le gène MAF qui déclenche tout une série de fonctions cellulaires qui permettent la production de ces métastases.Les chercheurs ont analysé plus de 900 échantillons cliniques de tumeurs mammaires primaires en stade précoce, et, pour ceux qui avaient le gène MAF altéré, le risque de métastases osseuses était 14 fois supérieur à ceux qui ne l'avaient pas altéré.