...

Le GBO, en tant que syndicat de médecins, préfère, en principe, la promotion de la vaccination contre le Covid-19 plutôt que l'obligation. Mais il comprend la démarche du gouvernement fédéral d'aller vers l'obligation vaccinale des soignants dans une optique d'intérêt collectif. Deux points restent à clarifier, cependant : 1/comment contraindra-t-on les soignants, étant donné que certains sont salariés et d'autres indépendants ? Attention à ne pas aggraver les pénuries de soignants. 2/Quelle sera la définition légale de " prestataires de soins " " considérant que la base de données CoBRHA (reprenant les prestataires de soins légalement reconnus en Belgique) n'inclut pas de nombreux acteurs de l'aide et du soin en contact régulier avec les patients, et donc à risque au même titre qu'un " prestataire de soin " au sens de la loi ". Cette base de données contient 579.126 personnes actives : médecins, pharmaciens, dentistes, kinésithérapeutes, ambulanciers, sages-femmes, infirmiers, aides-soignants, professions paramédicales (diététiciens, logopèdes,...) et de la santé mentale.Selon une étude Sciensano, " 73,5% d'entre eux avaient déjà reçu une dose de vaccin au 31/05/2021 (seuls 58,3% étaient entièrement vaccinés) ". Des disparités existent toutefois entre prestataires : la meilleure couverture se retrouve parmi les dentistes, médecins et pharmaciens (86,3%), la plus mauvaise parmi les sages-femmes et les kinés (69,5% et 64,4% respectivement). La Flandre obtient le meilleur score de vaccination (83,4% ayant reçu une dose), suivi de la Wallonie (73%) et Bruxelles (64,1%).Le GBO propose de reprendre plutôt la notion de contact-patient, élargissant ainsi l'obligation de vaccination au personnel administratif et d'entretien au sein des cabinets médicaux, des MRS et des hôpitaux ainsi que les garde-malades.Toutefois, le syndicat de Paul De Munck s'interroge sur l'utilité d'une obligation vaccinale alors que le variant Delta, largement dominant en Belgique, " présente un risque accru de transmission de l'infection par les personnes vaccinées mais contaminées par le variant Delta ". Le GBO pointe, en outre, que " une étude américaine publiée ce 24/08/2021 (1) indique que l'efficacité des vaccins Pfizer et Moderna serait passée de 91% à 66% depuis que le variant Delta est devenu largement dominant. Dans ce contexte, la vaccination complète continue à diminuer significativement le risque d'infection (a)symptomatique mais le risque de transmission est devenu singulièrement plus élevé qu'auparavant. Difficile dans ce cas d'invoquer l'obligation vaccinale comme panacée contre la transmission du virus entre les patients et le personnel soignant. "Le GBO croit donc encore que la conscientisation aux effets bénéfiques du vaccin et aux risques de sanctions inévitables si la pandémie n'était pas maîtrisée reste la meilleure solution.(1) Etude HEROES-RECOVER, 12/2020-08/2021.