...

Le Conseil Supérieur de la Santé a fait une mise-à-jour de son avis sur la vaccination contre les infections causées par le papillomavirus humain (HPV) à cause de l'évolution des connaissances concernant les infections à HPV ainsi que celles sur les vaccins.Le schéma vaccinal recommandé est le suivant : vaccination généralisée des adolescents (filles et garçons) de 9 à 14 ans inclus ; vaccination de rattrapage des jeunes femmes et hommes de 15 à 26 ans inclus, spécialement les HSH (rapports sexuels entre hommes) . Cette vaccination de rattrapage sera proposée sur base individuelle vaccination des immuno-déprimés : les patients transplantés et les patients vivant avec le VIH constituent un groupe à risque accru.Les effets indésirables les plus fréquemment observés avec les vaccins sont des réactions au site d'injection (rapportées chez près de 80 % des vaccinés dans les premiers jours suivant une vaccination) et des céphalées (rapportées chez 13 à 15 % des vaccinés dans les 15 jours post vaccination). "Ces effets indésirables sont en général d'intensité légère ou modérée et se résolvent spontanément. Une revue systématique des effets indésirables a conclu que la survenue chez les jeunes filles vaccinées de deux syndromes rares, le Syndrome Douloureux Régional Complexe (SDRC) et le Syndrome de Tachycardie Orthostatique Posturale (STOP) ne différait pas de l'incidence dans la population générale. L'administration du vaccin contre le papillomavirus humain pendant la grossesse n'est pas recommandée. Les femmes allaitantes peuvent recevoir le vaccin si nécessaire."