...

Il souhaite à cette fin proposer dans un premier temps à une série d'écoles-pilotes de l'enseignement fondamental et secondaire de remplacer les distributeurs de snacks, sodas et autres chips par des distributeurs ou des échoppes proposant des produits sains et issus de la production locale ou équitable, "tout en veillant à offrir ces produits à un prix démocratique", insiste le Conseil.Dans un deuxième temps, il entend proposer que les cantines scolaires proposent des produits issus des productions locales (légumes, fruits, viandes).Dans son communiqué, le Conseil se félicite également de l'étude rédigée par le rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l'alimentation, le Belge Olivier De Schutter, sur le laxisme des gouvernements des gouvernements, l'irresponsabilité de l'industrie agro-alimentaire en matière d'éducation à la santé et l'opportunité d'imposer une taxe à la malbouffe."Ce rapport accablant ne fait que renforcer la position du Conseil sur cette problématique de santé publique qui touche tout spécialement les jeunes", conclut le communiqué.