Les écoles rouvriront leurs portes le 1er septembre et c'est masqués que les élèves du secondaire les franchiront. Les différentes communautés se sont en effet accordées mi-août pour organiser une rentrée scolaire sous un régime commun "code jaune", soit une semaine de cinq jours de cours avec port du masque obligatoire partout sauf lors des activités sportives et des moments de pause en plein air.

Les chrétiens-démocrates flamands plaident à présent pour laisser tomber le masque dans les locaux également, sous certaines conditions. "Si, après une analyse de risque, il s'avère qu'un local peut être suffisamment ventilé tout en permettant de garder les distance de sécurité, éventuellement au moyen de parois en plexiglas, les élèves du secondaire devraient être autorisés à retirer leur masque", estime M. Brouns.

Le parlementaire craint que porter un masque en classe n'use la motivation des élèves néerlandophones à interagir avec leur professeur. Aux Pays-Bas et en Allemagne, le masque n'est d'ailleurs pas imposé dans l'enceinte scolaire, argumente-t-il.

De son côté, le virologue et porte-parole interfédéral Covid-19 Steven Van Gucht rappelle que les différentes mesures décidées par le gouvernement sont complémentaires. "Le masque réduit les risques de propagation du virus entre élèves et professeur, tandis que la bonne aération d'un local empêche les petites gouttelettes qui transportent le virus et se glissent à travers les mailles du masque de rester dans l'air." Pour le biostatisticien Geert Molenberghs, de l'Université de Hasselt et de Louvain, la proposition du CD&V est "irresponsable". Un assouplissement avant la rentrée des classes revient tout simplement "à organiser la propagation du virus", conclut-il.

Source : Belga

Les écoles rouvriront leurs portes le 1er septembre et c'est masqués que les élèves du secondaire les franchiront. Les différentes communautés se sont en effet accordées mi-août pour organiser une rentrée scolaire sous un régime commun "code jaune", soit une semaine de cinq jours de cours avec port du masque obligatoire partout sauf lors des activités sportives et des moments de pause en plein air. Les chrétiens-démocrates flamands plaident à présent pour laisser tomber le masque dans les locaux également, sous certaines conditions. "Si, après une analyse de risque, il s'avère qu'un local peut être suffisamment ventilé tout en permettant de garder les distance de sécurité, éventuellement au moyen de parois en plexiglas, les élèves du secondaire devraient être autorisés à retirer leur masque", estime M. Brouns. Le parlementaire craint que porter un masque en classe n'use la motivation des élèves néerlandophones à interagir avec leur professeur. Aux Pays-Bas et en Allemagne, le masque n'est d'ailleurs pas imposé dans l'enceinte scolaire, argumente-t-il. De son côté, le virologue et porte-parole interfédéral Covid-19 Steven Van Gucht rappelle que les différentes mesures décidées par le gouvernement sont complémentaires. "Le masque réduit les risques de propagation du virus entre élèves et professeur, tandis que la bonne aération d'un local empêche les petites gouttelettes qui transportent le virus et se glissent à travers les mailles du masque de rester dans l'air." Pour le biostatisticien Geert Molenberghs, de l'Université de Hasselt et de Louvain, la proposition du CD&V est "irresponsable". Un assouplissement avant la rentrée des classes revient tout simplement "à organiser la propagation du virus", conclut-il. Source : Belga