...

"Ce ne devait être au départ qu'une petite grève d'internes. Mais c'est à l'arrivée un large mouvement de contestation qui exprime le mal-être de toute une partie de la profession. Une grogne qui va des généralistes de campagne jusqu'aux chirurgiens esthétiques de la Côte d'Azur, en embrassant tous les corps de spécialistes: chirurgiens, cardiologues et coordinations hétéroclites constituées pour l'occasion", écrit ce matin Le Figaro.Le quotidien poursuit: "La mobilisation a pris de l'ampleur après que le Bloc, syndicat des chirurgiens, a décidé de lancer son préavis de grève illimitée à compter du 12 novembre, le jour choisi par les internes pour défiler à Paris. Ils ont été rapidement rejoints par la Fédération des médecins de France (FMF), syndicat polycatégoriel minoritaire, et surtout par un nouveau venu, l'Union française pour une médecine libre (UFML), une coordination hétéroclite issue du succès rencontré par la page Facebook." Enfin, les ont rejoint les radiologues et les ophtalmologues. Marisol Touraine est sous pression.