...

"Je tiendrai mes engagements au fédéral et resterai jusqu'en 2014. J'ai négocié pendant 541 jours. Si je suis élue bourgmestre, je ferai un travail de partenariat au début", a-t-elle affirmé lors de l'émission L'Indiscret de la RTBF-télévision."Je ferai comme Charles Picqué et Elio Di Rupo (respectivement ministre-président bruxellois et Premier ministre fédéral et bourgmestres empêchés de Saint-Gilles et de Mons)", a-t-elle ajouté.Mme Onkelinx a défendu la présence sur la liste socialiste d'une candidate d'origine turque et portant un foulard, Derya Alic. "Cette élue retire le foulard au conseil communal et ce n'est pas de l'attrape-voix. Les consignes au parti pour cette élection étaient de travailler pour une liste forte et des femmes de terrain qui défendent des valeurs", a-t-elle souligné."Dans tous les partis, on va parfois à la recherche des attrape-voix" (des personnalités connues pour doper leurs listes - stars du sport, du spectacle, de la télévision, fils ou filles d'élus charismatiques, ndlr), a fait valoir la vice-Premier ministre.Elle a au passage égratigné deux de ses rivaux, le bourgmestre actuel Bernard Clerfayt (FDF) et la tête de liste MR, Georges Verzin, assurant qu'ils "sont allés faire campagne" en Turquie. "Contrairement à certains (...), moi je suis allée sur le terrain", a-t-elle lancé. Mme Onkelinx s'est récemment prononcée en faveur de la conclusion d'une grande alliance entre formations démocratiques pour permettre à la Schaerbeek de "relever ses défis". Une proposition rejetée par M. Clerfayt, qui s'est déclaré favorable à la poursuite d'une coalition communale rassemblant sa propre liste, Ecolo et le cdH. Elle a réitéré dimanche cet appel au rassemblement: "de mon côté, je n'ai pas d'exclusive. Ce que je veux surtout pour le 14 octobre, c'est de rassembler les projets au service de Schaerbeek", a-t-elle dit.