...

La ministre (qui le restera même si elle ceint l'écharpe mayorale de Schaerbeek) refuse de jouer dans ce "chantage odieux" : " La comparaison avec la situation des ouvriers d'Arcelor est honteuse tout comme la menace de représailles vis-à-vis des travailleurs de la santé ! " Laurette Onkelinx fustige plutôt l'attitude " Mittalienne " de certains " qui préfèrent protéger le pré carré de quelques médecins spécialistes au détriment du personnel de santé. Des spécialistes qui peuvent gagner jusqu'à 800 euros par demi-journée de travail ! ".Laurette Onkelinx dénonce l'instrumentalisation de l'Absym faite par Jacques de Toeuf pour défendre les intérêts de son propre hôpital : " Cette croisade pour défendre la cause de son hôpital - qui représente près de la moitié des suppléments d'honoraires réclamés dans tout le pays - est totalement indigne. Cette instrumentalisation pose question lorsque l'on constate que 90% des médecins ne réclament déjà pas ces suppléments d'honoraires en chambre à deux lits ". La ministre tient en outre à souligner que les honoraires restent libres lorsque le patient fait le choix d'une chambre à un lit.Pour la ministre de la Santé publique - qui tient à rappeler que les factures hospitalières restent une des principales causes de surendettement - "la médecine à deux vitesses prônée par monsieur de Toeuf est en totale contradiction avec les principes mêmes qui guident notre système de protection sociale".