La différence s'explique notamment par une hausse des recettes. Elle s'élevaient à 96 milliards d'euros, soit 4,5% de plus qu'en 2016. Les cotisations sociales, principale source de financement, ont augmenté de 3,77%. Les transferts des pouvoirs publics (dotations de l'Etat, subventions des entités fédérées ainsi que le financement alternatif de l'Etat) ont crû quant à eux de 7,14%.

Les dépenses de pension augmentent de 4,46% du fait de l'accroissement du nombre de bénéficiaires et de l'évolution du montant de la pension moyenne versée. Les dépenses de chômage reculent par contre de 10,12%, essentiellement en raison de la diminution du nombre de chômeurs indemnisés et d'ayant-droits dans les régimes de chômage avec complément d'entreprise (anciennement les prépensions), d'interruption de carrière et de crédit-temps. Les dépenses en matière d'incapacité de travail ont progressé de 4,72%. Cette progression s'explique surtout par la hausse des dépenses d'invalidité (c'est-à-dire les personnes malades depuis plus d'un an).

La différence s'explique notamment par une hausse des recettes. Elle s'élevaient à 96 milliards d'euros, soit 4,5% de plus qu'en 2016. Les cotisations sociales, principale source de financement, ont augmenté de 3,77%. Les transferts des pouvoirs publics (dotations de l'Etat, subventions des entités fédérées ainsi que le financement alternatif de l'Etat) ont crû quant à eux de 7,14%. Les dépenses de pension augmentent de 4,46% du fait de l'accroissement du nombre de bénéficiaires et de l'évolution du montant de la pension moyenne versée. Les dépenses de chômage reculent par contre de 10,12%, essentiellement en raison de la diminution du nombre de chômeurs indemnisés et d'ayant-droits dans les régimes de chômage avec complément d'entreprise (anciennement les prépensions), d'interruption de carrière et de crédit-temps. Les dépenses en matière d'incapacité de travail ont progressé de 4,72%. Cette progression s'explique surtout par la hausse des dépenses d'invalidité (c'est-à-dire les personnes malades depuis plus d'un an).