...

Au printemps 2019, Test Achats a fait analyser les urines de 84 enfants âgés de deux à 15 ans, originaires de toutes les régions du pays. L'organisation y a recherché les marqueurs révélant une exposition récente à deux familles d'insecticides en particulier. Chez tous les enfants, sans aucune exception, des traces ont été décelées. Or, pour certaines substances, susceptibles de perturber les systèmes endocrinien et reproducteur, aucune dose n'est totalement exempte de risque.Il n'en fallait pas plus pour que le député wallon Dimitri Legasse (PS) interpelle la ministre à ce sujet. " Les risques sanitaires sont importants, le caractère neurotoxique des pesticides est avéré, qu'il s'agisse de perturbateurs endocriniens ou de troubles neurologiques ou encore de développement de cancers, etcetera. Les résultats concordent, convergent. Dès lors, j'aurais voulu savoir comment vous analysiez ces résultats et surtout comment limiter les conséquences de l'exposition aux pesticides pour la santé, puisqu'il s'agit bien là de votre secteur. "Réponse de l'intéressée : " Il y a un point positif dans ce dossier, c'est la prise de conscience. Aujourd'hui, plus personne ne peut nier la généralisation de la contamination aux pesticides, plus personne ne peut nier les effets, à long terme, sur la santé. "Le travail nécessitera toutefois le concours de l'Europe, du Fédéral et da Céline Tellier (Écolo), ministre wallonne de l'environnement. " Nous avons cependant des leviers en Wallonie et il faut que l'on puisse les actionner pour limiter l'exposition des pesticides auprès de notre population. On actionnera ces leviers en étroite collaboration avec ma collègue de l'Environnement, Céline Tellier. C'est elle qui portera le dossier, comme ministre de l'Environnement, et je voudrais lui dire tout le soutien que je lui apporterai dans ce dossier qui me semble être un véritable enjeu de santé publique. C'est vrai que, comme ministre de la Santé, je dois travailler sur l'ensemble de la population mais aussi sur les publics cibles. Dans les publics cibles, il y a les enfants, mis en exergue dans cette étude de Test-Achats, mais il y a aussi les agriculteurs, les premiers exposés et les premières victimes de cette exposition à long terme sur les pesticides. Ce n'est pas un hasard si la maladie de Parkinson est reconnue comme une maladie professionnelle en France pour les agriculteurs. Il est vrai que c'est un enjeu de taille, voire un véritable enjeu de santé publique. Nous y travaillerons avec beaucoup de détermination, croyez-le. " Le futur dira si ces mots seront accompagnés d'actes probants.