"Nous sommes particulièrement enthousiastes que la politique de santé soit menée à partir d'une vision large de la santé", déclare Elisabeth Degryse, Vice-Présidente de la MC. Il reste toutefois des points d'attention, notamment sur les matières de l'emploi, de la pension et de la fiscalité.

Quid de la santé ?

Pour ce qui concerne la santé, la MC souligne et se réjouit que figure clairement dans l'accord qu'une vision large de la santé ne concerne pas seulement les aspects physiques de la santé, mais aussi le bien-être, l'empowerment, la résilience, la participation et la quête de sens. "Cela fait longtemps que la MC insiste là-dessus ", réagit Elisabeth Degryse. " Tout le monde est convaincu de la nécessité de réformer en profondeur notre système de soins de santé. Toutefois, ces réformes ne pourront être un succès sans adopter une définition large de la santé. La santé signifie bien plus que " ne pas être malade ". Et c'est désormais aussi écrit ainsi dans l'accord de gouvernement."

Norme de croissance

Le nouveau gouvernement associe immédiatement les ressources qui seront nécessaires. Par exemple, le budget des soins de santé augmentera de 2,5 % par an à partir de 2022. " C'est une bonne nouvelle, mais il sera important d'investir ce budget supplémentaire de manière ciblée et de ne pas se contenter d'augmenter linéairement les budgets individuels existants. Nous devons partir des besoins du patient et nous concentrer sur les choses qui font vraiment la différence. "

De ce point de vue, c'est certainement une bonne initiative que l'accord de gouvernement fixe des objectifs de santé afin de déterminer la politique de santé, estime la MC. L'un des objectifs est, notamment, de réduire l'écart de santé - la différence d'années de vie en bonne santé entre les groupes de population les plus et les moins vulnérables - de 25 % d'ici 2030. Des ressources supplémentaires sont prévues pour les soins de santé mentale et la prévention fait également l'objet d'une grande attention. Cette politique vise de surcroît à promouvoir un cadre de vie sain, notamment la qualité de l'air, une alimentation saine et des mesures antitabac plus strictes.

La poursuite de la réforme du secteur hospitalier et la réduction des suppléments d'honoraires sont en outre des intentions que la MC entend soutenir. Tout comme la négociation d'un nouveau pacte avec le secteur pharmaceutique afin de garder le coût des médicaments sous contrôle.

C'est au pied du mur qu'on voit le maçon

" Bien sûr, nous saluons également l'introduction de minima pour les personnes qui tombent malades, l'augmentation de toutes les indemnités minimales et l'extension du congé de naissance de dix à vingt jours ", poursuit Elisabeth Degryse. " Pour nous, l'accord de gouvernement ne manque pas de matière, mais même si les intentions sont bonnes, nous attendons de les voir se transformer en actes. La MC soutient en tout cas le projet et soutiendra le gouvernement. "

La MC souhaite rappeler au nouveau gouvernement qu'il est attendu de lui qu'il utilise pleinement les lieux de concertation existants pour en faire bénéficier la politique de santé. " Les mutualités jouent un rôle crucial en tant que cogestionnaire de la sécurité sociale. Et, comme organisation de membres et de par nos missions d'accompagnement de nos membres dans le paysage complexe des soins de santé, nous sommes les mieux placés pour connaître la réalité de terrain ", enchérit Elisabeth Degryse. " Nous contribuerons avec conviction à la politique qui sera menée au cours de la prochaine législature tout en restant vigilant sur une série de points d'attention et combats que nous portons et menons depuis plusieurs années. Après tout, une Belgique prospère, solidaire et durable, c'est également ce que recherche la MC. "

"Nous sommes particulièrement enthousiastes que la politique de santé soit menée à partir d'une vision large de la santé", déclare Elisabeth Degryse, Vice-Présidente de la MC. Il reste toutefois des points d'attention, notamment sur les matières de l'emploi, de la pension et de la fiscalité.Pour ce qui concerne la santé, la MC souligne et se réjouit que figure clairement dans l'accord qu'une vision large de la santé ne concerne pas seulement les aspects physiques de la santé, mais aussi le bien-être, l'empowerment, la résilience, la participation et la quête de sens. "Cela fait longtemps que la MC insiste là-dessus ", réagit Elisabeth Degryse. " Tout le monde est convaincu de la nécessité de réformer en profondeur notre système de soins de santé. Toutefois, ces réformes ne pourront être un succès sans adopter une définition large de la santé. La santé signifie bien plus que " ne pas être malade ". Et c'est désormais aussi écrit ainsi dans l'accord de gouvernement."Le nouveau gouvernement associe immédiatement les ressources qui seront nécessaires. Par exemple, le budget des soins de santé augmentera de 2,5 % par an à partir de 2022. " C'est une bonne nouvelle, mais il sera important d'investir ce budget supplémentaire de manière ciblée et de ne pas se contenter d'augmenter linéairement les budgets individuels existants. Nous devons partir des besoins du patient et nous concentrer sur les choses qui font vraiment la différence. "De ce point de vue, c'est certainement une bonne initiative que l'accord de gouvernement fixe des objectifs de santé afin de déterminer la politique de santé, estime la MC. L'un des objectifs est, notamment, de réduire l'écart de santé - la différence d'années de vie en bonne santé entre les groupes de population les plus et les moins vulnérables - de 25 % d'ici 2030. Des ressources supplémentaires sont prévues pour les soins de santé mentale et la prévention fait également l'objet d'une grande attention. Cette politique vise de surcroît à promouvoir un cadre de vie sain, notamment la qualité de l'air, une alimentation saine et des mesures antitabac plus strictes.La poursuite de la réforme du secteur hospitalier et la réduction des suppléments d'honoraires sont en outre des intentions que la MC entend soutenir. Tout comme la négociation d'un nouveau pacte avec le secteur pharmaceutique afin de garder le coût des médicaments sous contrôle." Bien sûr, nous saluons également l'introduction de minima pour les personnes qui tombent malades, l'augmentation de toutes les indemnités minimales et l'extension du congé de naissance de dix à vingt jours ", poursuit Elisabeth Degryse. " Pour nous, l'accord de gouvernement ne manque pas de matière, mais même si les intentions sont bonnes, nous attendons de les voir se transformer en actes. La MC soutient en tout cas le projet et soutiendra le gouvernement. "La MC souhaite rappeler au nouveau gouvernement qu'il est attendu de lui qu'il utilise pleinement les lieux de concertation existants pour en faire bénéficier la politique de santé. " Les mutualités jouent un rôle crucial en tant que cogestionnaire de la sécurité sociale. Et, comme organisation de membres et de par nos missions d'accompagnement de nos membres dans le paysage complexe des soins de santé, nous sommes les mieux placés pour connaître la réalité de terrain ", enchérit Elisabeth Degryse. " Nous contribuerons avec conviction à la politique qui sera menée au cours de la prochaine législature tout en restant vigilant sur une série de points d'attention et combats que nous portons et menons depuis plusieurs années. Après tout, une Belgique prospère, solidaire et durable, c'est également ce que recherche la MC. "