"Ne vous y méprenez pas, malgré ce beau temps printanier, nous sommes toujours en pleine tempête. Dans plusieurs pays, l'impact n'est pas encore totalement perceptible, alors que dans d'autres, le nombre de nouvelles infections au Covid-19 est en baisse", a affirmé le Belge Hans Kluge, directeur de la branche européenne de l'OMS, lors d'une conférence de presse diffusée en ligne depuis Copenhague.

Le nombre d'infections en Europe continue d'augmenter. "Au cours des dix derniers jours, le nombre d'infections confirmées en Europe a presque doublé pour atteindre près d'un million", explique M. Kluge. Près de la moitié du nombre de cas liés au Covid-19 à travers le monde est enregistrée en Europe.

Si certains pays comme l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la France et la Suisse ont connu une évolution encourageante, cette tendance positive est atténuée par les taux élevés d'infections dans d'autres pays tels que la Grande-Bretagne, la Turquie, l'Ukraine, la Biélorussie et la Russie, avertit Hans Kluge.

"Les prochaines semaines seront cruciales pour l'Europe. Il est impératif que nous restions vigilants", déclare Hans Kluger, tout en assurant qu'il n'y aura "pas de retour rapide à la normale".

Le directeur belge fixe certaines conditions à respecter avant que les gouvernements ne puissent se lancer dans l'assouplissement des mesures et la levée des restrictions. Ainsi, le nombre de contaminations au SARS-Cov-2 doit être sous contrôle et les autorités doivent être en mesure d'identifier et d'isoler les nouveaux cas d'infection. De plus, les risques de nouvelles contaminations doivent être minimisées au sein des environnements vulnérables tels que les maisons de repos. Des mesures préventives doivent également être mises en place sur les lieux de travail et les infections "importées" de l'étranger doivent être maîtrisables. Enfin, le directeur de l'OMS Europe exhorte les gouvernements et les autorités à donner une voix aux communautés et à les impliquer dans une transition de sortie de crise.

"Ne vous y méprenez pas, malgré ce beau temps printanier, nous sommes toujours en pleine tempête. Dans plusieurs pays, l'impact n'est pas encore totalement perceptible, alors que dans d'autres, le nombre de nouvelles infections au Covid-19 est en baisse", a affirmé le Belge Hans Kluge, directeur de la branche européenne de l'OMS, lors d'une conférence de presse diffusée en ligne depuis Copenhague. Le nombre d'infections en Europe continue d'augmenter. "Au cours des dix derniers jours, le nombre d'infections confirmées en Europe a presque doublé pour atteindre près d'un million", explique M. Kluge. Près de la moitié du nombre de cas liés au Covid-19 à travers le monde est enregistrée en Europe. Si certains pays comme l'Espagne, l'Italie, l'Allemagne, la France et la Suisse ont connu une évolution encourageante, cette tendance positive est atténuée par les taux élevés d'infections dans d'autres pays tels que la Grande-Bretagne, la Turquie, l'Ukraine, la Biélorussie et la Russie, avertit Hans Kluge. "Les prochaines semaines seront cruciales pour l'Europe. Il est impératif que nous restions vigilants", déclare Hans Kluger, tout en assurant qu'il n'y aura "pas de retour rapide à la normale". Le directeur belge fixe certaines conditions à respecter avant que les gouvernements ne puissent se lancer dans l'assouplissement des mesures et la levée des restrictions. Ainsi, le nombre de contaminations au SARS-Cov-2 doit être sous contrôle et les autorités doivent être en mesure d'identifier et d'isoler les nouveaux cas d'infection. De plus, les risques de nouvelles contaminations doivent être minimisées au sein des environnements vulnérables tels que les maisons de repos. Des mesures préventives doivent également être mises en place sur les lieux de travail et les infections "importées" de l'étranger doivent être maîtrisables. Enfin, le directeur de l'OMS Europe exhorte les gouvernements et les autorités à donner une voix aux communautés et à les impliquer dans une transition de sortie de crise.