Sur le compte Twitter de l'ULille, on peut lire : "Force est de constater que nous enseignons une médecine fondée sur les preuves - on tient à une rigueur scientifique, absolue -, et force est de constater qu'en parallèle l'homéopathie n'a pas évolué, que c'est une doctrine qui est restée en marge du mouvement scientifique, que les études sont rares sur l'homéopathie, qu'elles sont peu solides, maintenir notre enseignement serait le cautionner."

Cette suspension fait vraisemblablement suite à un débat vitriolé qui a opposé récemment en France, 124 médecins ayant signé une tribune dénonçant " cette pratique de charlatans avec une caution scientifique " et des médecins homéopathes qui avaient porté plainte au conseil de l'Ordre contre cette accusation de " fakemed " (fausse médecine).

Les opposants à l'homéopathie espèrent que cette décision fera tache d'huile dans le reste de la France.