L'action, dirigée contre l'Etat belge et contre l'Agence fédérale des médicaments et produits de santé (AFMPS), vise à obtenir la levée de l'interdiction de mise à disposition de tests rapides de détection du virus et de faire cesser toute entrave au libre choix et au libre accès de ces tests en pharmacie.

L'interdiction en question a été décidée par un arrêté royal du 17 mars dernier, sur base d'informations indiquant que ces tests n'ont pas prouvé leur spécificité pour la détection du SARS-CoV-2.

Source : Belga

L'action, dirigée contre l'Etat belge et contre l'Agence fédérale des médicaments et produits de santé (AFMPS), vise à obtenir la levée de l'interdiction de mise à disposition de tests rapides de détection du virus et de faire cesser toute entrave au libre choix et au libre accès de ces tests en pharmacie. L'interdiction en question a été décidée par un arrêté royal du 17 mars dernier, sur base d'informations indiquant que ces tests n'ont pas prouvé leur spécificité pour la détection du SARS-CoV-2. Source : Belga