"Si les producteurs russe, chinois ouvrent leurs dossiers, montrent de la transparence, toutes leurs données (...), alors ils pourraient avoir une autorisation conditionnelle de mise sur le marché comme les autres", a déclaré Ursula von der Leyen, auditionnée par des groupes parlementaires sur sa stratégie vaccinale, selon ces sources.

"Quiconque veut avoir accès au marché européen, doit se soumettre au règles d'examen" de l'Agence européenne des médicaments (EMA), a-t-elle insisté, selon ces sources. Des propos qui font écho à ceux de la chancelière allemande sur le vaccin russe.

"Toux ceux qui obtiennent une autorisation de l'EMA seront absolument bienvenus, j'ai parlé précisément de ce point avec le président russe" Vladimir Poutine, a dit Angela Merkel mardi soir à la télévision publique ARD.

Le vaccin russe Spoutnik V est efficace contre le Covid-19, selon de très bons résultats publiés mardi par la revue médicale The Lancet.

Le Fonds souverain russe qui a assuré son développement a annoncé le 20 janvier avoir entamé la procédure d'homologation auprès de l'EMA.

"Parmi les critères de sélection", le fabricant du vaccin "doit avoir une capacité de production dans l'UE: le but est de s'assurer qu'on peut passer à des livraisons rapides le jour où le vaccin reçoit le feu vert de l'EMA", avait auparavant souligné un porte-parole de la Commission européenne.

La Commission européenne a conclu six contrats avec des fabricants de vaccins anti-Covid, mais trois seulement (BioNTech-Pfizer, Moderna, AstraZeneca) sont pour l'instant autorisés et ont subi d'importants retards de production, suscitant des critiques contre Bruxelles.

"Si les producteurs russe, chinois ouvrent leurs dossiers, montrent de la transparence, toutes leurs données (...), alors ils pourraient avoir une autorisation conditionnelle de mise sur le marché comme les autres", a déclaré Ursula von der Leyen, auditionnée par des groupes parlementaires sur sa stratégie vaccinale, selon ces sources. "Quiconque veut avoir accès au marché européen, doit se soumettre au règles d'examen" de l'Agence européenne des médicaments (EMA), a-t-elle insisté, selon ces sources. Des propos qui font écho à ceux de la chancelière allemande sur le vaccin russe. "Toux ceux qui obtiennent une autorisation de l'EMA seront absolument bienvenus, j'ai parlé précisément de ce point avec le président russe" Vladimir Poutine, a dit Angela Merkel mardi soir à la télévision publique ARD. Le vaccin russe Spoutnik V est efficace contre le Covid-19, selon de très bons résultats publiés mardi par la revue médicale The Lancet. Le Fonds souverain russe qui a assuré son développement a annoncé le 20 janvier avoir entamé la procédure d'homologation auprès de l'EMA. "Parmi les critères de sélection", le fabricant du vaccin "doit avoir une capacité de production dans l'UE: le but est de s'assurer qu'on peut passer à des livraisons rapides le jour où le vaccin reçoit le feu vert de l'EMA", avait auparavant souligné un porte-parole de la Commission européenne. La Commission européenne a conclu six contrats avec des fabricants de vaccins anti-Covid, mais trois seulement (BioNTech-Pfizer, Moderna, AstraZeneca) sont pour l'instant autorisés et ont subi d'importants retards de production, suscitant des critiques contre Bruxelles.