...

Il a été question lors de la formation du gouvernement Michel de supprimer la TVA libératoire pour la chirurgie esthétique. L'idée était d'appliquer une TVA de 21% à partir du 1er juillet pour des opérations telles qu'une réduction ou une augmentation mammaire.Entre-temps, il apparaît que ce n'est pas évident à mettre en place, techniquement. " Limiter la TVA aux seuls actes esthétiques est difficile ", explique Van Overveltd à nos confrères de L'Echo. Le cabinet De Block estime pour sa part que ce n'est pas réalisable.