A l'heure actuelle, l'euthanasie n'est possible que pour les personnes disposant de toutes leurs facultés ainsi que pour celles qui ont rédigé une déclaration d'intention et qui se retrouvent plongées dans un coma irréversible. "Mais pour celles qui ont rédigé un tel texte et qui deviennent démentes, l'euthanasie n'est plus permise", regrette le député Open Vld Robby De Caluwé.

L'an passé, le professeur en médecine palliative Wim Distelmans (VUB) avait déjà lancé une pétition réclamant l'extension de l'euthanasie aux malades déments. Elle a recueilli plus de 65.000 signatures, dont celles de députés Groen, PVDA et sp.a.

Les socialistes flamands plaident d'ailleurs depuis plus d'une législature pour l'extension du droit à l'euthanasie. "Pour nous, la déclaration anticipée doit rester valable en cas de démence et pas seulement en cas de coma irréversible", explique Karin Jiroflée (sp.a). "Mais la majorité, Open Vld y compris, a toujours rejeté cette proposition. Je suis ravie que les libéraux y soient désormais favorables car la demande est grande. Les gens sont inquiets d'avoir à subir une fin de vie inhumaine et veulent en avoir le contrôle", conclut-elle.