Plus d'un Européen sur six souffre de problèmes de santé mentale. Avec 17,9% de personnes touchées, la Belgique se situe légèrement au-dessus de la moyenne européenne (17,3%). La Finlande (18,8%), les Pays-Bas et la France sont les Etats membres les plus concernés, d'après une étude de l'Institut de métrologie et d'évaluation de la santé (IHME, Université de Washington) citée par l'OCDE.

Outre les coûts pour les soins de santé, les problèmes de santé mentale ont un impact sur la sécurité sociale et sur le marché du travail (diminution du taux d'emploi et de la productivité), relève l'organisme international basé à Paris. En croisant plusieurs données, l'institution a calculé que ceux-ci représentaient au total plus de 600 milliards d'euros dans l'Union européenne. Une somme considérable à laquelle il faudrait encore ajouter une hausse des dépenses sociales comme en matière d'accidents du travail ou encore les retombées sur les collègues des personnes malades.

Selon les pays, le poids des problèmes de santé mentale varie de moins de 2,5% du PIB (Roumanie, Bulgarie, République tchèque) à plus de 5% (Danemark, Finlande, Pays-Bas et Belgique). Mais ces variations s'expliquent surtout par le fait que les difficultés psychiques sont sous-estimées dans certains Etats et que les prestations de la sécurité sociale diffèrent fortement.

En Belgique, les coûts directs et indirects des problèmes de santé mentale s'élèvent à 20,74 milliards d'euros (5,05% du PIB), d'après l'OCDE qui se base sur des données de 2015.

Notre pays se distingue notamment par son taux de suicide (17 pour 100.000 habitants), le 6e plus élevé des pays de l'Union européenne (derrière la Lituanie, la Slovénie, la Lettonie, la Hongrie et la Croatie). Le suicide touche beaucoup moins les pays méditerranéens (5 pour 100.000 habitants en Grèce).

Le "Panorama de la santé: Europe" est une publication bisannuelle qui fournit une analyse de l'état de santé des citoyens européens et de la performance des systèmes de santé dans l'UE.