...

Créé fin 2011, l'Observatoire des maladies chroniques, qui remplace en fait le Comité consultatif des maladies chroniques au sein du Conseil scientifique du Service des soins de santé de l'INAMI, se compose de deux sections, l'une scientifique et l'autre consultative.La première, dont l'objectif sera de définir la prise en charge des soins de santé octroyés aux patients atteints d'une affection chronique, rassemble à la fois des médecins désignés par les universités, les organisations professionnelles de médecins, infirmiers et pharmaciens, les organismes assureurs et les maisons de repos. Les ministères des Affaires sociales et de la Santé y sont également représentés.La section consultative, qui a pour mission d'évaluer les besoins rencontrés par les patients, réunit les organismes assureurs et les associations d'aide aux malades chroniques (Vlaams Patiëntenplatform, Ligue des Usagers des Services de Santé, Patiënten Rat & Treff). "Cette section jouera un rôle essentiel pour faire remonter les besoins et les problèmes auxquels les malades chroniques sont confrontés au quotidien", a indiqué la ministre. L'Observatoire devra présenter tous les deux ans, au Parlement, un rapport sur la façon dont il remplit ses missions.Dans son intervention, Mme Onkelinx a précisé que le programme "Priorité aux malades chroniques! ", lancé en septembre 2008, avait été renforcé en 2011 et se poursuivra sous l'actuelle législature. La ministre a par ailleurs dressé un état des lieux du programme, axé sur les priorités mises en exergue par les patients. Elle a notamment évoqué la reconnaissance d'un "statut" de la personne atteinte d'une affection chronique, qui lui permettra de bénéficier automatiquement de certains droits. "La base légale de ce statut est en cours d'élaboration, et je souhaite qu'il soit d'application dès 2013", a-t-elle expliqué. "L'INAMI travaille actuellement à l'élaboration des avantages qui seront liés à ce statut." Parmi les autres points abordés figurent l'amélioration de l'information sur les maladies chroniques par le biais d'un "guichet unique", la simplification des démarches administratives pour accéder aux statuts Omnio et BIM (bénéficiaire de l'intervention majorée, ex-Vipo), l'amélioration de l'intégration des malades chroniques dans la vie sociale et active, l'amélioration de l'accessibilité aux soins de santé ou encore la prise en charge des frais de transport.Plus spécifiquement, concernant l'amélioration de l'encadrement de la démence en maisons de repos et de soins, la ministre a confirmé l'engagement de 200 nouveaux équivalents temps plein "encore cette année", pour un montant de 10 millions d'euros.Enfin, Mme Onkelinx a appelé l'Observatoire à travailler en priorité à la mise en place d'une évaluation du programme. Une conférence nationale sur les maladies chroniques sera en outre organisée fin 2012 ou début 2013, a annoncé la ministre. "Je souhaiterais que vous soyez largement impliqués dans la préparation de cette conférence", a-t-elle conclu lors de son allocation devant les membres de l'Observatoire.En Belgique, on évalue à un million le nombre de personnes confrontées à une maladie chronique, selon Henri De Ridder, fonctionnaire dirigeant du Service des soins de santé de l'INAMI. Les maladies chroniques sont responsables de deux tiers des décès et constituent donc la principale cause de mortalité.