Parmi ceux-ci, huit sont Bruxellois, 61 viennent du nord du pays et 84 de Wallonie. Plus d'un millier d'échantillons ont été analysés jeudi, a précisé le professeur Emmanuel André.

"On n'est qu'au démarrage de l'épidémie, qui continue de progresser", soulignent les experts. "Les mesures prises et appliquées aujourd'hui commenceront à avoir un impact dans les cinq à dix prochains jours" et leurs effets pourront être évalués, indique Emmanuel André. Elles visent à "limiter un maximum les contacts sociaux pour éviter une propagation de l'épidémie". Ces mesures "sont prises au début de l'épidémie" pour éviter des scénarios tels que celui de l'Italie.

Le centre de crise prévoit un point presse quotidien aux alentours de 11h00-11h30.

Derniers développements

-A la suite des mesures prises jeudi soir par le Conseil de sécurité nationale pour lutter contre la propagation du coronavirus, dont la suspension des cours à l'école jusqu'au 3 avril mais l'ouverture des crèches, l'ONE et la Ligue des familles s'organisent pour assister aux mieux les parents. L'Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE) actualise son site web, canal de communication privilégié de l'organisme, afin de centraliser les réponses aux questions des jeunes parents tandis que la Ligue des familles appelle de son côté ses babysitters à faire preuve de solidarité.

- Le gouvernement flamand a adopté vendredi un décret d'urgence ouvrant la voie à la mise en place d'infrastructures de santé temporaires. "Nous pourrons fournir des capacités supplémentaires dans les hôpitaux, les établissements de santé et les instituts de recherche en un rien de temps", a assuré la ministre de l'Environnement, Zuhal Demir.

-La Première ministre Sophie Wilmès reconnait que les mesures décidées, jeudi soir, par le Conseil national de Sécurité pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 sont du "jamais vu". "Mais je suis convaincue que les Belges sont responsables et solidaires", a-t-elle déclaré au micro de Radio 1, vendredi matin. La cheffe du gouvernement insiste aussi sur le fait que ces mesures ne constituent pas un "lockdown" et qu'elles ont justement pour but de ne pas en arriver à un tel blocage. Elle a enfin précisé que les mesures d'urgence auront la priorité sur le budget.

-Les élèves des écoles primaires et secondaires de l'enseignement francophone seront "présumés absents" dès lundi et les parents qui souhaitent un encadrement devront "le signaler expressément" à l'école, selon les modalités choisies par celle-ci, indiquent Etienne Michel, directeur général du Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique (SeGEC) et le porte-parole de la ministre de l'Education Caroline Désir. Celle-ci s'est déclarée "très contente" de la réunion qui s'est tenue en matinée avec les pouvoirs organisateurs. La rencontre s'est révélée "très constructive", selon les participants.

-L'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) et le Conseil de coordination des institutions islamiques de Belgique (CIB) demandent, vendredi, aux mosquées de fermer leurs portes au moins jusqu'au 3 avril.

-Face à la propagation du coronavirus en Belgique et après les décisions annoncées jeudi soir par le Conseil national de sécurité, la Wallonie a décidé, entre autres mesures, de systématiser le télétravail pour ses fonctionnaires, a annoncé vendredi la ministre régionale de la Fonction publique, Valérie De Bue (MR).

-L'inquiétude grandit au sein des établissements pénitentiaires, alors qu'un cas de contamination au virus Covid-19 a été détecté à la prison de Mons, indique vendredi Grégory Wallez, secrétaire régional CGSP. Le syndicat a demandé à rencontrer dans la journée la direction régionale des établissements pénitentiaires. "Il faut faire très vite." Il s'agit du premier cas dans une prison belge.

-Les enterrements sont maintenus mais "en petit comité" et en rappelant "toutes les règles d'hygiène" nécessaires, indique vendredi le SPF Santé publique. Les mariages doivent être reportés, du moins ceux prévus d'ici le 3 avril. Les Belges peuvent par contre continuer à s'approvisionner sur les marchés.

-La Fédération des étudiants francophones (Fef) réagit, préoccupée, vendredi à la suite de l'annonce des universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles d'organiser leur enseignement à distance, pour limiter la propagation du Covid-19. La Fef demande des garanties pour "protéger" les étudiants "face aux futurs problèmes qui seront rencontrés".

Parmi ceux-ci, huit sont Bruxellois, 61 viennent du nord du pays et 84 de Wallonie. Plus d'un millier d'échantillons ont été analysés jeudi, a précisé le professeur Emmanuel André. "On n'est qu'au démarrage de l'épidémie, qui continue de progresser", soulignent les experts. "Les mesures prises et appliquées aujourd'hui commenceront à avoir un impact dans les cinq à dix prochains jours" et leurs effets pourront être évalués, indique Emmanuel André. Elles visent à "limiter un maximum les contacts sociaux pour éviter une propagation de l'épidémie". Ces mesures "sont prises au début de l'épidémie" pour éviter des scénarios tels que celui de l'Italie. Le centre de crise prévoit un point presse quotidien aux alentours de 11h00-11h30.Derniers développements-A la suite des mesures prises jeudi soir par le Conseil de sécurité nationale pour lutter contre la propagation du coronavirus, dont la suspension des cours à l'école jusqu'au 3 avril mais l'ouverture des crèches, l'ONE et la Ligue des familles s'organisent pour assister aux mieux les parents. L'Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE) actualise son site web, canal de communication privilégié de l'organisme, afin de centraliser les réponses aux questions des jeunes parents tandis que la Ligue des familles appelle de son côté ses babysitters à faire preuve de solidarité.- Le gouvernement flamand a adopté vendredi un décret d'urgence ouvrant la voie à la mise en place d'infrastructures de santé temporaires. "Nous pourrons fournir des capacités supplémentaires dans les hôpitaux, les établissements de santé et les instituts de recherche en un rien de temps", a assuré la ministre de l'Environnement, Zuhal Demir.-La Première ministre Sophie Wilmès reconnait que les mesures décidées, jeudi soir, par le Conseil national de Sécurité pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 sont du "jamais vu". "Mais je suis convaincue que les Belges sont responsables et solidaires", a-t-elle déclaré au micro de Radio 1, vendredi matin. La cheffe du gouvernement insiste aussi sur le fait que ces mesures ne constituent pas un "lockdown" et qu'elles ont justement pour but de ne pas en arriver à un tel blocage. Elle a enfin précisé que les mesures d'urgence auront la priorité sur le budget.-Les élèves des écoles primaires et secondaires de l'enseignement francophone seront "présumés absents" dès lundi et les parents qui souhaitent un encadrement devront "le signaler expressément" à l'école, selon les modalités choisies par celle-ci, indiquent Etienne Michel, directeur général du Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique (SeGEC) et le porte-parole de la ministre de l'Education Caroline Désir. Celle-ci s'est déclarée "très contente" de la réunion qui s'est tenue en matinée avec les pouvoirs organisateurs. La rencontre s'est révélée "très constructive", selon les participants.-L'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) et le Conseil de coordination des institutions islamiques de Belgique (CIB) demandent, vendredi, aux mosquées de fermer leurs portes au moins jusqu'au 3 avril.-Face à la propagation du coronavirus en Belgique et après les décisions annoncées jeudi soir par le Conseil national de sécurité, la Wallonie a décidé, entre autres mesures, de systématiser le télétravail pour ses fonctionnaires, a annoncé vendredi la ministre régionale de la Fonction publique, Valérie De Bue (MR).-L'inquiétude grandit au sein des établissements pénitentiaires, alors qu'un cas de contamination au virus Covid-19 a été détecté à la prison de Mons, indique vendredi Grégory Wallez, secrétaire régional CGSP. Le syndicat a demandé à rencontrer dans la journée la direction régionale des établissements pénitentiaires. "Il faut faire très vite." Il s'agit du premier cas dans une prison belge.-Les enterrements sont maintenus mais "en petit comité" et en rappelant "toutes les règles d'hygiène" nécessaires, indique vendredi le SPF Santé publique. Les mariages doivent être reportés, du moins ceux prévus d'ici le 3 avril. Les Belges peuvent par contre continuer à s'approvisionner sur les marchés.-La Fédération des étudiants francophones (Fef) réagit, préoccupée, vendredi à la suite de l'annonce des universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles d'organiser leur enseignement à distance, pour limiter la propagation du Covid-19. La Fef demande des garanties pour "protéger" les étudiants "face aux futurs problèmes qui seront rencontrés".