...

La Commission nationale médico-mutualiste a reconnu que les besoins des médecins en matière de formation continue ont changé au cours des dernières années. L'accent est mis davantage sur les soins multidisciplinaires et intégrés pour les patients chroniques, souligne l'accord médico-mut signé pour deux ans en décembre dernier. Informatisation et échange de données ne sont que des réformes parmi d'autres dans notre secteur.Les points forts comme l'accréditation doivent toutefois être conservés. Les médecins sont encouragés mais pas obligés de s'accréditer. L'encadrement et le soutien ne doivent pas faiblir. L'accréditation doit demeurer conviviale basée sur l'évaluation par les pairs. Objectifs mesurables Le système doit évoluer vers un développement professionnel permanent avec des objectifs qualité mesurables, souligne le texte de l'accord médico-mut. On doit donc évoluer vers un modèle générique qui peut convenir à toutes les spécialités et utilisable par les organisations de patients.En parallèle, de nouvelles méthodes d'apprentissage émergent grâce à l'informatique. Pour autant, l'accréditation ne doit-elle plus se nourrir des feedbacks émanant des Glems?En novlangue, l'accord propose "qu'on réfléchisse à la manière dont la responsabilité pour le contenu des programmes puisse être déléguée au sein d'un cadre clair d'objectifs de santé, méthodes et exigences de qualité et avec un contrôle qualité externe plus fort"."L'accréditation actuelle date de l'accord de décembre 1993 et a été mise en place en 1994", rappelle Marc Moens, président du Groupe de direction de l'accréditation. " Mais il ne s'est pas penché sur le contenu des propositions. "Le CNPQ (Conseil national de promotion de la qualité) a sorti un "draft" au début de l'année passée. "Face aux critiques, nous avons évolué vers une nouvelle optique. Il y a eu encore de nouvelles propositions pour moderniser l'accréditation. Mais on achoppe toujours sur le même problème : il n'y a pas d'argent supplémentaire disponible. "Fin juin, un groupe de travail commun CNPQ et médicomut accouchera en principe d'une proposition de réforme. L'accord actuel prévoit une revalorisation du forfait d'accréditation mais pas avant que des mesures d'économies soient prises.