...

"Investir dans les systèmes de santé est le meilleur moyen de se préparer aux prochaines pandémies", a averti le chef de l'État français au cours de la cérémonie de lancement. "Ce que nous enseigne aussi cette crise, c'est qu'on ne sort pas d'une pandémie mondiale si on n'a pas une stratégie mondiale", a-t-il ajouté, en plaidant de nouveau pour la solidarité entre pays riches et pauvres. De son côté, M. Tedros, venu de Genève où siège l'OMS, a souligné que la pandémie était "un puissant rappel de la valeur des agents de santé et de la raison pour laquelle ils ont besoin des informations, des compétences et des outils les plus récents". Il a appelé à "l'engagement de tous les pays" pour "assurer le succès" de l'académie. Dotée de technologies pédagogiques de pointe comme l'intelligence artificielle et la réalité virtuelle et d'un centre de simulation d'urgences sanitaires de niveau mondial, l'Académie de Lyon, ambitionne de former des millions d'agents de santé dans le monde. Cette structure, lancée en 2019 et qui doit ouvrir début 2024, vise à accueillir quelque 16.000 personnes par an pour des cours en présentiel ou hybrides. Il a vocation à être "la structure de formation de référence en matière de santé publique", avait déclaré Emmanuel Macron en mai devant l'OMS, qui avait indiqué en mai que l'État allait y investir plus de 120 millions d'euros. Également financé par les collectivités locales, le campus de 11.000 m2 se situe sur le pôle de recherche en biotechnologie de Gerland à Lyon (centre de la France), qui abrite le Centre international de recherche contre le cancer et des groupes pharmaceutiques comme Sanofi. "Il manquera toujours 18 millions d'agents de santé d'ici à 2030", notamment dans les pays pauvres, a souligné Agnès Buzyn, l'ex-ministre française de la Santé.Belga