...

L'Organisme wallon de couverture sociale et de la famille, tel que le prévoit le gouvernement wallon, ne laisse pas assez de place aux médecins, selon l'ABSyM. L'association a fait part de son point de vue au gouvernement wallon pour qu'il revoie la trajectoire de son décret.Sur les 85 mandats avec voix délibératives du futur Comité Santé et Aînés (et ses commissions), pas moins de 38 places seraient laissées aux organismes assureurs. Pour les médecins, par contre, impossible de déterminer le nombre de mandats précis qui leur sera laissé.C'est justement ce flou dans les lignes directrices du projet de décret du gouvernement wallon que regrette l'ASByM. Le futur Organisme wallon de couverture sociale et de la famille n'attribue pas un nombre de mandats précis pour les médecins. Le décret prévoit bien un certain nombre de mandats à se répartir entre les organisations représentatives des prestataires de soins et les représentants des institutions concernées. Mais là encore, il ne s'agit pas que des médecins.Au-delà des critères d'attribution de mandats vagues, l'ABSyM déplore la part infime de mandats qui reviendra in fine aux médecins. " Une place autour de la table purement symbolique ", explique le DrRoland Lemye, président de l'ABSyM, " et ce contrairement à ce qui nous avait été annoncé par les différents partis politiques avant le transfert de compétences. " Un manque de visibilité au sein des différentes commissions La représentation du corps médical au sein des différentes commissions du Comité Santé et Aînés est également trop faible selon l'ABSyM. Dans la Commission Hôpitaux, l'association estime que les médecins sont carrément persona non grata.En définitive, l'ABSyM estime ne pas pouvoir valider une telle proposition de décret. L'association souhaite également que les associations de patients, actuellement non visées par le projet, puissent jouir d'une voix consultative au sein du futur Organisme wallon de couverture sociale et de la famille.