...

Vacciner en fonction des comorbidités est, selon l'Absym, " affreusement compliqué " et stigmatise les patients alors que l'âge est une donnée parfaitement objective " ne donnant pas lieu à des discussions à des discussions entre les groupes de patients ".Le syndicat de médecins félicite donc Alain Maron et regrette que le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, " n'abonde pas encore dans ce sens "." Notre position est conforme aux connaissances scientifiques les plus récentes. L'ECDC européen et le Joint Committee rejettent désormais aussi la priorisation par risque médical supplémentaire dans la phase initiale de vaccination. "La communication d'une telle stratégie et contacter toutes les personnes qui présentent une ou plusieurs de ces conditions préalables peuvent se révéler compliqué sur le plan logistique ou tout simplement impossible", rapporte l'ECDC. Le Joint Committee fait néanmoins une exception pour les jeunes adultes extrêmement vulnérables. "L'Absym note également que près de 50% des patients dans la tranche 45-65 ans atteints d'une pathologie sous-jacente telle que l'hypertension, le diabète ou l'obésité " ne savent même pas qu'ils en sont atteints ".Rappelons que l'Absym a introduit un recours au Conseil d'Etat en annulation de l'arrêté royal du 24 décembre 2020 " relatif à l'enregistrement et au traitement des données relatives à la vaccination contre le Covid-19 " qui viole, selon l'Absym, le secret médical.