...

Pour ceux qui l'ignoreraient encore, le 1er juin 2016, l'Inami ne remboursera plus les examens de résonnance magnétique si la machine n'a pas reçu son numéro d'agrément.Christian Delcour parle de décision " médicalement absurde ". En effet, depuis plusieurs années, par la voix du Belmip (Belgian Medical Imaging Platform), les radiologues dialoguent avec les autorités et la ministre de la Santé publique " pour garantir en Belgique une imagerie de qualité ".La campagne " pas de rayon sans raison " visait à réduire le nombre de prescriptions inutiles et le radiologue " a aujourd'hui le pouvoir de substituer un examen demandé par un autre plus performant ".Toutefois, concernant la technique non irradiante de l'IRM, " les listes d'attente sont beaucoup trop longues et on manque d'IRM selon un rapport du KCE (160B). La programmation fédérale a toujours été en retard par rapport à l'évolution de la pratique médicale. Ce qui a amené de nombreux services (universitaires et non universitaires) à installer de nouvelles machines d'IRM afin de pouvoir répondre à l'augmentation importante et logique des indications... "Ces machines ne sont pas agréées et ne sont donc pas subventionnées via les parties A3 et B3 du BMF. Contradictoire Le Dr Delcour s'interroge dès lors sur la précipitation du gouvernement à supprimer les remboursements des appareils non agréés alors que le cadastre de l'appareillage lourd n'a été mis en branle qu'en janvier 2016 et que " les directions hospitalières ont reçu en mars des formulaires à remplir afin d'identifier le nombre d'appareils lourds d'imagerie ". " Ceci procède d'une démarche totalement absurde au détriment des patients, en totale contradiction avec les campagnes médiatiques 'pas de rayons sans raisons' et sans aucune répercussion financière utile. Si on supprime brutalement ces machines grises, on devra remplacer ces examens IRM par des examens CT scanners, ce qui n'engendra qu'un déplacement des dépenses et ira totalement à l'encontre des campagnes ministérielles 'pas de rayons sans raison'. "Le Dr Delcour propose plutôt " d'analyser finement les résultats du cadastre et revoir le financement par la 3 B3 qui date de plus de 20 ans. Un financement par centre serait plus logique qu'un financement par machine. "