...

"Dans un tel contexte de relance économique et de rigueur, afficher un équilibre budgétaire et investir massivement pour le futur s'apparente presque à une gageure", s'exprime-t-on du côté d'Iris.C'est une ordonnance de décembre 1995, émanant de la Région bruxelloise, qui est à la base de la création du réseau hospitalier Iris regroupant St-Pierre, Brugmann, Bordet, Huderf (hôpital universitaire des enfants) et les hôpitaux Iris sud (Molière, Etterbeek-Ixelles, Bracops et Baron Lambert).L'ambition, à l'époque, était de mettre en place un réseau hospitalier accessible à tous, innovant, offrant la garantie de soins de qualité et tourné résolument vers la recherche clinique. De 1996 à 2011, un triple plan stratégique a été mis en place par la Faîtière Iris pour son réseau: assainissement financier, consolidation et redéploiement. "En quinze ans, nous avons réorganisé profondément les hôpitaux, assuré l'équilibre financier tout en faisant face à une augmentation soutenue de l'activité dans tous les domaines du réseau", explique Dirk Thielens, administrateur délégué adjoint d'Iris.Désormais, le réseau Iris est la première maternité et le plus grand service d'urgences du pays. D'un point de vue des ressources humaines, la direction rappelle que près de 7000 personnes sont employées par le réseau. Ce qui en fait l'un des premiers pourvoyeurs d'emploi de la Région de Bruxelles-Capitale.