Une blessure de guerre a un potentiel d'infection bactérienne énorme. Une balle ou un éclat d'obus déchire la peau et la chair, ce qui permet aux bactéries de s'infiltrer; si vous marchez sur une mine, une grande quantité de saleté sera immédiatement soufflée dans la nouvelle plaie. Le risque d'infection est très important.

Prenons l'exemple de Waleed, un patient de l'hôpital de chirurgie reconstructive de MSF à Amman, en Jordanie. En 2016, il marchait dans la rue dans la ville yéménite d'Ibb, lorsqu'un avion a ouvert le feu sur le bâtiment à côté de lui. Un mur s'est effondré, le blessant gravement à la mâchoire et à la jambe.

De telles blessures peuvent causer des dommages internes importants, nécessitant souvent une intervention chirurgicale. Aujourd'hui, Waleed n'est toujours pas complètement rétabli. Ce n'est pas à cause des dégâts causés par l'effondrement du mur, mais parce que ses plaies ont été infectées par une bactérie qui est devenue résistante aux médicaments qui étaient censés le guérir.

En temps de guerre, les systèmes de santé deviennent souvent défaillants, ce qui rend difficile de traiter adéquatement les patients, comme ce fut le cas pour Waleed dans un Yémen déchiré par un conflit. L'utilisation inappropriée d'antibiotiques stimule l'augmentation de la résistance aux antibiotiques des bactéries. Waleed a finalement été admis à l'hôpital MSF d'Amman, où les médecins ont découvert qu'il souffrait d'une grave infection aux os, causée par une bactérie résistante aux antibiotiques habituellement utilisés pour traiter cette affection.

Investir dans les laboratoires

Comment donc traiter un patient dont l'infection bactérienne ne peut être traitée avec des antibiotiques? Heureusement, il existe différents types d'antibiotiques et la résistance à un type ne signifie pas nécessairement qu'un autre type sera inefficace. Un laboratoire peut déterminer le type exact de bactérie à l'origine de l'infection, ainsi que les antibiotiques auxquels elle est résistante.

L'hôpital de chirurgie reconstructive d'Amman est l'un des rares hôpitaux MSF de la région à disposer d'un tel laboratoire. La mise en place d'un laboratoire pour les tests de microbiologie n'est pas facile dans les endroits affligés par la violence. Bien que l'équipement nécessaire ne soit ni particulièrement coûteux ni complexe, l'espace doit être très bien organisé. Les laboratoires comme celui-ci ont également besoin de personnel hautement qualifié, car le traitement des échantillons nécessite des connaissances spécialisées et le respect de protocoles extrêmement rigoureux. La contamination d'un échantillon avec d'autres bactéries doit être évitée à tout prix. Il est également important que les bactéries de l'échantillon ne s'échappent pas, car elles sont potentiellement très dangereuses.

Trouver le bon traitement antibiotique est crucial non seulement pour traiter les infections par des bactéries résistantes, mais également pour empêcher les bactéries de devenir résistantes. Un traitement antibiotique plus efficace éliminera plus de bactéries, réduisant ainsi le risque de développer une résistance. En revanche, un traitement inefficace peut fortement stimuler la résistance de la bactérie.

Pour éviter une telle situation, MSF a commencé à former son personnel médical dans la région à l'utilisation optimale des antibiotiques. Les médecins doivent clairement savoir comment prescrire les bons antibiotiques, mais étant donné la complexité de la résistance aux antibiotiques, savoir quels médicaments prescrire et quand n'est pas aussi simple.

Les mesures de prévention et de contrôle des infections sont également vitales dans les hôpitaux. Même si des règles rigoureuses sur l'utilisation des antibiotiques peuvent aider à empêcher les bactéries de devenir résistantes dans l'hôpital même, certains patients sont déjà infectés par des bactéries résistantes à leur arrivée à l'hôpital. Et il est crucial que ces bactéries résistantes n'infectent personne d'autre. Cependant, la mise en place de telles mesures est plus facile à dire qu'à faire, en particulier dans une région touchée par la violence.

Responsabiliser les patients

L'un des plus grands défis concerne les patients eux-mêmes, qui n'ont souvent pas l'habitude de suivre des protocoles stricts. Avant d'être admis à l'hôpital, les patients peuvent avoir leur propre idée quant à leur traitement ou tenter de se traiter eux-mêmes. Les antibiotiques sont vendus sans ordonnance dans de nombreux pays, notamment au Moyen-Orient, ce qui vient amplifier le problème de la résistance aux antibiotiques.

Le rôle des promoteurs de la santé dans les projets MSF est essentiel, à la fois pour aider les patients à comprendre le traitement et pour les aider à accepter les mesures de prévention et de contrôle des infections qui s'imposent. Certaines mesures peuvent sembler assez drastiques pour les patients, telles que le fait d'être isolé plusieurs semaines de suite dans une seule pièce plutôt que de rester dans une salle commune.

Un problème pour la société dans son ensemble

Faire connaître la résistance aux antibiotiques est important, car le problème ne se limite pas aux hôpitaux de MSF, ni même aux établissements de santé en général; c'est un problème pour la société dans son ensemble.

MSF ne peut tenter de résoudre qu'une petite partie du problème de la résistance aux antibiotiques. Nous avons très peu d'influence sur les prestataires de soins de santé privés, qui constituent la plus grande partie du système de soins de santé dans de nombreux pays. Et la grande majorité des antibiotiques ne sont même pas utilisés en médecine, mais plutôt dans les élevages et l'agriculture, où nous n'avons aucune voix au chapitre. Ce que nous essayons de faire dans tous les projets MSF peut avoir un grand impact dans nos propres installations, mais il reste encore beaucoup à faire pour résoudre globalement le problème de la résistance aux antibiotiques.