...

On peut en première instance s'interroger sur le sérieux scientifique de l'étude et sur la décision de comparer la Belgique aux Pays-Bas, au Royaume-Uni ou à la France - trois pays où le fonctionnement des urgences n'est pas franchement optimal. Le but est-il d'instaurer un nivellement par le bas ? Le fait que deux séances aient été nécessaires pour obtenir l'aval du conseil d'administration du KCE n'est pas non plus de nature à inspirer confiance... et le fait que le cabinet De Block ait réalisé exactement les mêmes analyses pour parvenir aux mêmes conclusions donne à tout le moins l'impression d'être " téléphoné ". Si l'on ajoute à cela une concertation à peu près inexistante avec les stakeholders concernant les conclusions, on ne s'étonnera évidemment pas que la réputation du KCE en tant qu'institut de recherche scientifique indépendant soit aujourd'hui quelque peu écornée ! Par contre, on ne peut pas reprocher au rapport de ne pas être académique - comprenez, irréalisable dans la pratique. Dans l'état actuel des choses, on ne peut en effet que se demander d'où viendrait le personnel nécessaire pour faire tourner en permanence les postes de garde susmentionnés. Il est assez surprenant qu'une politicienne libérale comme Maggie De Block s'oriente vers ce modèle uniforme que n'auraient sans doute pas renié ses prédécesseurs socialistes. Coupler le financement à certains critères de qualité relève de l'évidence, mais à partir du moment où les seconds sont remplis, mieux vaut laisser au " terrain " le soin de définir les autres modalités du système. De quelque manière que l'on tourne les choses, les besoins et habitudes de la ville ne sont pas ceux de la campagne ; donnez donc l'opportunité aux cercles de médecine générale et aux hôpitaux régionaux d'organiser ce service eux-mêmes. L'argument d'une transparence accrue pour le patient lorsque les urgences et le poste de garde se trouvent sur le même site est certes difficilement réfutable... mais on pourrait arguer que la disparition des généralistes au profit du tout-à-l'hôpital serait bien plus claire encore. Au début du millénaire, l'ex-ministre des Affaires sociales Frank Vandenbroucke avait osé introduire aux urgences une sorte de ticket modérateur (comprenez, un incitant à " modérer la consommation de soins "). Si elle souhaite obtenir de meilleurs résultats à moindre coût, on ne peut que conseiller à Maggie De Block de s'inspirer de cet exemple en le couplant à des campagnes de sensibilisation (répétées) !