Les témoignages évoquent des patients enfermés dans des cagibis, des patients qui pouvaient être aperçus dans des postures humiliantes aux toilettes ou encore des boutons d'appel d'urgence qui ne leur étaient pas accessibles.

Le CEO du réseau hospitalier anversois, Wouter De Ploey, dit prendre ces témoignages au sérieux. "J'ai beaucoup de respect pour notre personnel soignant qui s'investit chaque jour mais il y a parfois des circonstances qui font que les choses ne se passent pas comme elles le devraient et nous devons en tirer les leçons".

Le responsable souligne que sur un million de contacts avec des patients en 2018, 1.024 plaintes sont parvenues, dont seulement 41 visaient les services de gériatrie. De son côté, le président du réseau hospitalier, Fons Duchateau (N-VA), appelle quiconque qui souhaiterait signaler une plainte à se tourner vers le service de médiation du ZNA, qui fonctionne indépendamment de la direction.