opinion

Gatekeeper

  • Mise à jour le

Pour la première fois, les consultations avec le psychologue de première ligne sont remboursées. Compte tenu du nombre croissant de problèmes psychologiques, il faut s'en féliciter. Cependant, il y a des critiques pour diverses raisons.

© Photopqr/le Courrier Picard/maxppp

Un certain nombre de psychologues considèrent que les honoraires payés sont trop bas. Et ils n'apprécient pas non plus le fait que la consultation ne soit remboursée qu'après passage par le médecin généraliste. Du point de vue de "l'organisation des soins de santé", il s'agit là d'une objection importante. Elle conteste un concept fondamental, en particulier celui du médecin généraliste en tant que "gatekeeper".

Certains psychologues ne voient dans l'omnipraticien qu'une figure centrale avec laquelle d'autres professionnels de la santé échangent de l'information en première ligne. Cependant, un contrôleur d'accès a une tâche beaucoup plus complète : il surveille l'accès au système.

Certains psychologues ne voient dans l'omnipraticien qu'une pièce maîtresse avec laquelle d'autres professionnels de la santé échangent de l'information en première ligne.

Or les soins de santé " échelonnés ", constituent une revendication ancienne et insatisfaite du point de vue des syndicats de médecins généralistes. Le point de départ est que le médecin généraliste est le mieux placé pour guider le patient dans le labyrinthe complexe des soins (de santé). Non seulement par rapport à la deuxième ligne, mais aussi à la première ligne.

Cela implique une hiérarchie. Les omnipraticiens, en tant que prestataires de soins de santé les mieux formés, donnent le ton sur la première ligne. Pas illogique. Pour beaucoup de problèmes psychologiques, le médecin généraliste est le premier point de contact. Selon la gravité du problème, il peut ou non référer le patient. De cette façon, les soins appropriés sont fournis au bon moment par la bonne personne en fonction des besoins de soins.

Certains psychologues n'aiment pas ça. Probablement parce qu'il y a un certain nombre de problèmes "pratiques". Trop souvent, les problèmes psychologiques sont encore tabous. Les omnipraticiens ne sont pas non plus suffisamment familiarisés avec l'éventail des soins de santé mentale offerts. Et il y a des listes d'attente en soins de santé mentale. Il est particulièrement important de remédier à tout cela, et non de remettre en question le concept...