"Le virus n'a pas terminé sa circulation dans le territoire" et cela "ne veut pas dire que nous nous arrêtons face au virus", a expliqué M. Véran, en rappelant que des mesures barrière et autres restrictions restaient en vigueur. "Nous continuons les tests et le contact tracing (recherche des personnes en contact avec des cas confirmés)", et il faut toujours "éviter les regroupements de plusieurs personnes en milieu fermé", a-t-il prévenu, soulignant que les interdictions des rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique et des grands événements (plus de 5.000 personnes) restaient en vigueur.

Et, alors que le gouvernement a été en mesure d'alléger au fur et à mesure les restrictions depuis le début du déconfinement, "nous serons capables de reprendre des mesures de protection si nécessaire", en fonction d'une "batterie d'indicateurs que nous suivons au jour le jour", a-t-il souligné.

De son côté, le ministre français de l'Education a annoncé que le très strict protocole sanitaire qui régit actuellement les écoles va être amendé mardi, afin de permettre le retour à l'école la semaine prochaine de tous les élèves, comme annoncé dimanche par le président Emmanuel Macron.

"L'allègement fondamental sera celui de la distanciation physique qui sera désormais moins contraignante", a dit Jean-Michel Blanquer sur Europe 1. Il faudra respecter une distance d'"un mètre latéral entre chaque élève", et non plus de 4m2 par élève.

"Dans les écoles élémentaires et les collèges, l'observation d'une distanciation physique d'au moins un mètre s'applique uniquement dans les salles de classe et tous les espaces clos, entre l'enseignant et les élèves ainsi qu'entre chaque élève lorsqu'ils sont côte à côte ou qu'ils se font face", explique un décret publié lundi matin.

Depuis le début du déconfinement, le protocole sanitaire très strict imposé aux établissements scolaires ne permettait d'accueillir que 15 élèves maximum par classe en primaire. Avec cette nouvelle mesure, mise en place à partir de lundi prochain, "la limitation de 15 élèves par classe en primaire" sera donc levée.

Neuf décès ont été enregistrés à l'hôpital ces dernières 24 heures, soit le chiffre le plus faible depuis le début des bilans quotidiens mi-mars. Au total, 29.407 personnes sont mortes du coronavirus en France.

Plus de 190 nouvelles infections en Allemagne

Les autorités sanitaires allemandes ont enregistré 192 nouvelles infections au SARS-Cov-2 ces dernières 24 heures, ce qui porte le total des cas de contamination dans le pays depuis le début de la crise à 186.461, selon l'institut Robert Koch (RKI), chargé de surveiller la pandémie dans le pays.

Quatre décès supplémentaires dus au nouveau coronavirus ont par ailleurs été recensés au cours des 24 dernières heures, portant le nombre total de morts à 8.791, tandis que 172.600 personnes (+400) sont considérées comme guéries.

Le nombre de reproduction, qui indique la vitesse de propagation du virus, s'élevait lundi à 1,05, ce qui signifie que chaque patient contamine en moyenne une personne. La veille, ce nombre était de 1,02.

Depuis la mi-mai, le RKI mesure également le nombre de reproduction sur une période de sept jours, ce qui le rend moins sujet aux fluctuations. Ce nombre était de 1 lundi, reflétant le taux d'infection des 8 à 16 jours précédents.

Bien que l'Allemagne ait été confrontée à un nombre important de cas de contamination au coronavirus, le nombre de décès y étant lié est resté relativement faible par rapport à ses pays voisins.

Les avis de voyage négatifs émis par l'Allemagne, imposés il y a trois mois, ont été levés lundi pour 27 pays européens.

"Le virus n'a pas terminé sa circulation dans le territoire" et cela "ne veut pas dire que nous nous arrêtons face au virus", a expliqué M. Véran, en rappelant que des mesures barrière et autres restrictions restaient en vigueur. "Nous continuons les tests et le contact tracing (recherche des personnes en contact avec des cas confirmés)", et il faut toujours "éviter les regroupements de plusieurs personnes en milieu fermé", a-t-il prévenu, soulignant que les interdictions des rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique et des grands événements (plus de 5.000 personnes) restaient en vigueur. Et, alors que le gouvernement a été en mesure d'alléger au fur et à mesure les restrictions depuis le début du déconfinement, "nous serons capables de reprendre des mesures de protection si nécessaire", en fonction d'une "batterie d'indicateurs que nous suivons au jour le jour", a-t-il souligné. De son côté, le ministre français de l'Education a annoncé que le très strict protocole sanitaire qui régit actuellement les écoles va être amendé mardi, afin de permettre le retour à l'école la semaine prochaine de tous les élèves, comme annoncé dimanche par le président Emmanuel Macron. "L'allègement fondamental sera celui de la distanciation physique qui sera désormais moins contraignante", a dit Jean-Michel Blanquer sur Europe 1. Il faudra respecter une distance d'"un mètre latéral entre chaque élève", et non plus de 4m2 par élève. "Dans les écoles élémentaires et les collèges, l'observation d'une distanciation physique d'au moins un mètre s'applique uniquement dans les salles de classe et tous les espaces clos, entre l'enseignant et les élèves ainsi qu'entre chaque élève lorsqu'ils sont côte à côte ou qu'ils se font face", explique un décret publié lundi matin. Depuis le début du déconfinement, le protocole sanitaire très strict imposé aux établissements scolaires ne permettait d'accueillir que 15 élèves maximum par classe en primaire. Avec cette nouvelle mesure, mise en place à partir de lundi prochain, "la limitation de 15 élèves par classe en primaire" sera donc levée. Neuf décès ont été enregistrés à l'hôpital ces dernières 24 heures, soit le chiffre le plus faible depuis le début des bilans quotidiens mi-mars. Au total, 29.407 personnes sont mortes du coronavirus en France.