Je fais donc désormais partie, ne m'en déplaise, du groupe qui bénéficie de l'effort collectif auquel il ne contribue qu'à minima.

Dans cette situation exceptionnelle, chacun a l'air de considérer comme normal et naturel que les plus forts, les plus qualifiés, les mieux formés déploient une énorme énergie au bénéfice de tous.

Cette solidarité, consentie avec dévouement et courage, permet à notre société de tenir le choc de la pandémie. Et elle semble si naturelle...

Selon moi, cette solidarité face au Covid-19, n'est pourtant qu'une expression particulière et ultime de ce qu'en des temps plus sereins on appelle sécurité sociale et je me demande pourquoi ce qui paraît couler de source aujourd'hui est tant critiqué ou même attaqué dans un contexte normal ? La détresse, la maladie, la fragilité de certains n'existaient-elles pas avant l'apparition du Covid-19 et vont-elles disparaître avec lui ?

Dans une de ses dernières interventions télévisées, le président français faisait remarquer que le jour "d'après" ne serait en aucun cas identique au jour "d'avant". J'espère sincèrement qu'une des choses qu'aura retenu notre "collectif" des moments difficiles que nous traversons, c'est que la sécurité sociale est un pilier essentiel de la qualité de nos vies et qu'à ce titre, elle mérite beaucoup mieux que le dédain avec lequel certains la traitent!

Ce plaidoyer pour la solidarité ne peut évidemment pas se conclure sans adresser de vifs remerciements à toutes celles et tous ceux qui se dévouent sans compter pour assurer le bien-être de tous. Je pense évidemment aux acteurs de la santé mais aussi à celles et ceux qui restent sur le pont pour rendre tous les services qui permettent aux citoyens de notre pays de vivre le plus normalement possible.

Je fais donc désormais partie, ne m'en déplaise, du groupe qui bénéficie de l'effort collectif auquel il ne contribue qu'à minima.Dans cette situation exceptionnelle, chacun a l'air de considérer comme normal et naturel que les plus forts, les plus qualifiés, les mieux formés déploient une énorme énergie au bénéfice de tous.Cette solidarité, consentie avec dévouement et courage, permet à notre société de tenir le choc de la pandémie. Et elle semble si naturelle...Selon moi, cette solidarité face au Covid-19, n'est pourtant qu'une expression particulière et ultime de ce qu'en des temps plus sereins on appelle sécurité sociale et je me demande pourquoi ce qui paraît couler de source aujourd'hui est tant critiqué ou même attaqué dans un contexte normal ? La détresse, la maladie, la fragilité de certains n'existaient-elles pas avant l'apparition du Covid-19 et vont-elles disparaître avec lui ?Dans une de ses dernières interventions télévisées, le président français faisait remarquer que le jour "d'après" ne serait en aucun cas identique au jour "d'avant". J'espère sincèrement qu'une des choses qu'aura retenu notre "collectif" des moments difficiles que nous traversons, c'est que la sécurité sociale est un pilier essentiel de la qualité de nos vies et qu'à ce titre, elle mérite beaucoup mieux que le dédain avec lequel certains la traitent!Ce plaidoyer pour la solidarité ne peut évidemment pas se conclure sans adresser de vifs remerciements à toutes celles et tous ceux qui se dévouent sans compter pour assurer le bien-être de tous. Je pense évidemment aux acteurs de la santé mais aussi à celles et ceux qui restent sur le pont pour rendre tous les services qui permettent aux citoyens de notre pays de vivre le plus normalement possible.