...

Les mesures gouvernementales touchent certaines disciplines plus que d'autres et les médecins réagissent en ordre dispersé. Finalement, seul le mécontentement les unit. Mais le mode plaintif se révèle assez peu efficace. Il faut donc réfléchir à des attitudes résolument proactives permettant aux médecins d'être mieux entendus. La majorité d'entre eux veulent une médecine fondée à la fois sur la science, l'expérience des praticiens et les préférences des patients. Sans les valeurs de liberté, de responsabilité, de respect mutuel et d'écoute réciproque, le subtil équilibre qu'implique ce trépied ne marche pas. Et c'est ici que contre toute attente, le thème des " erreurs médicales" (pas nécessairement des fautes), vient à l'appui des médecins. D'abord, la sécurité de la médecine concerne tout le monde. Ensuite, les moyens de l'atteindre donnent raison aux demandes répétées de réduire les tracasseries administratives de toutes sortes. Pour le comprendre, il faut examiner les mesures surprenantes adoptées dans d'autres secteurs à risque avec des résultats spectaculaires en termes de sécurité.A partir de la fin des années 1970, une prise de conscience des effets pervers de rapports hiérarchiques et de règlementations rigides, véritables facteurs en cause dans les accidents, a germé dans l'aviation civile et militaire. Des concepts radicalement nouveaux en matière de préventions des erreurs ont mis des années à murir, à être acceptés par les dirigeants et le personnel navigant et à faire l'objet de formations spécifiques. En un mot, l'attention aux facteurs techniques ne suffit pas, elle doit se doubler d'une connaissance de facteurs humains nuisibles aux décisions dans les moments de crise. Au début, certains pilotes, sceptiques, ont parlé de " blabla psy ", avant de se rendre compte des bénéfices de cette révolution. Elle a fait passer le secteur d'une culture de la sanction et du silence...Le terme " contre-culture " dit bien l'aspect contre-intuitif de cette approche.Vous voulez lutter contre les erreurs ? Cessez de les punir. Vous voulez affirmer votre leadership ? Cesser de croire que galon=compétence et cessez de traiter par le mépris ceux qui ont des inquiétudes ou des suggestions à vous transmettre en cas de problème. Vous voulez que tout fonctionne bien ? Cessez de croire que des tonnes de règlement garantissent la sécurité. Vous voulez ne pas perdre l'argent de l'assurance maladie ? Encouragez la libre parole et mettez l'analyse des retours d'expérience à l'abri de pressions juridiques ou financières intempestives.Cela peut-il s'appliquer à la médecine ?Les services de chirurgie et de soins intensifs qui ont expérimenté ces méthodes en confirment les effets positifs pour les patients et pour les équipes soignantes.Le débat des erreurs médicales illustre pourquoi et comment les médecins doivent se réapproprier ensemble certains aspects de l'organisation de la médecine en mettant à l'honneur des principes de gestion des risques utiles pour tous. Mais cela implique une véritable révolution des mentalités.