En juin dernier, l'hôpital a payé la prime de fin d'année 2018 à raison de 80%. Pour atteindre les 100%, elle y a ajouté les 20% de la prime 2019, pourcentage non liés aux bénéfices. Depuis, la CGSP Admi sollicite une concertation avec la direction afin de trouver une solution pour solder la prime 2019. Concertation qui, selon le syndicat socialiste - majoritaire au CHR Verviers - lui est refusée faute de mandat.

Une première grève, organisée fin novembre, avait déjà rassemblé quelque 300 grévistes. Cette fois, la participation annoncée est encore plus forte alors que direction et syndicats vont entamer un nouveau tour de négociations pour la prime 2020. Ces négociations devront d'ailleurs aboutir avant le 31 décembre afin que les travailleurs puissent obtenir leurs chèques-repas et une éventuelle prime de fin d'année dont les modalités seront rediscutées.

La CSC Services publics, qui se dissocie de l'action de ce jour, revendique d'ailleurs, tout comme la CGSP Admi, que cette prime de fin d'année ne soit liée à aucune condition et qu'elle ne fasse nullement l'objet de renégociations annuelles. Elle sollicite aussi une valeur faciale supérieure pour les chèques-repas ou encore un barème D3.1 pour les aides-soignantes qui auront suivi la formation de 150h pour pouvoir exercer des actes délégués par les infirmières. Elle appelle encore à donner la priorité aux agents à temps partiel souhaitant augmenter leur temps de travail si un emploi se libère dans la même fonction.

Une réunion de concertation à ce sujet est programmée le 10 décembre en fin d'après-midi

En juin dernier, l'hôpital a payé la prime de fin d'année 2018 à raison de 80%. Pour atteindre les 100%, elle y a ajouté les 20% de la prime 2019, pourcentage non liés aux bénéfices. Depuis, la CGSP Admi sollicite une concertation avec la direction afin de trouver une solution pour solder la prime 2019. Concertation qui, selon le syndicat socialiste - majoritaire au CHR Verviers - lui est refusée faute de mandat. Une première grève, organisée fin novembre, avait déjà rassemblé quelque 300 grévistes. Cette fois, la participation annoncée est encore plus forte alors que direction et syndicats vont entamer un nouveau tour de négociations pour la prime 2020. Ces négociations devront d'ailleurs aboutir avant le 31 décembre afin que les travailleurs puissent obtenir leurs chèques-repas et une éventuelle prime de fin d'année dont les modalités seront rediscutées. La CSC Services publics, qui se dissocie de l'action de ce jour, revendique d'ailleurs, tout comme la CGSP Admi, que cette prime de fin d'année ne soit liée à aucune condition et qu'elle ne fasse nullement l'objet de renégociations annuelles. Elle sollicite aussi une valeur faciale supérieure pour les chèques-repas ou encore un barème D3.1 pour les aides-soignantes qui auront suivi la formation de 150h pour pouvoir exercer des actes délégués par les infirmières. Elle appelle encore à donner la priorité aux agents à temps partiel souhaitant augmenter leur temps de travail si un emploi se libère dans la même fonction. Une réunion de concertation à ce sujet est programmée le 10 décembre en fin d'après-midi