...

" Je découvre l'institution avec beaucoup de plaisir ", nous confiait-il quelques jours après sa prise de fonction. "J'aime d'abord rencontrer les personnes avant de m'attacher à la structure. Dans quelques semaines, j'aurai fait le tour du groupe et des différents sites hospitaliers. "Le Dr Debande (58 ans) ne cache pas qu'une des raisons pour lesquelles il a décidé de rejoindre le groupe hospitalier privé est de pouvoir gérer à la fois les services administratifs, financiers et informatiques. N'est-ce pas trop pour un seul homme ? " J'ai été directeur informatique durant de nombreuses années. Pendant cette période, j'ai toujours milité pour que l'informatique soit reconnue comme un vecteur de changement. La digitalisation des entreprises concerne également l'hôpital. L'opportunité de pouvoir combiner ces différentes fonctions est un atout. L'informatique doit être un des outils du directeur général d'un hôpital pour mettre son institution en mouvement. Dans le secteur hospitalier, il est très difficile de justifier la digitalisation. Dans notre secteur, l'informatique coûte aussi cher qu'ailleurs mais elle difficilement rentabilisable. Nettement moins que, par exemple, dans le secteur bancaire. Il faut poser des choix. Seuls les grands hôpitaux, entre autres les universitaires, peuvent investir dans la digitalisation. Tant mieux pour eux mais c'est nettement plus compliqué pour les hôpitaux généraux."Benoît Debande est convaincu qu'à l'heure actuelle " un homme tout seul ne fait plus rien ". " j'ai toujours travaillé avec des équipes. Celui qui dirige doit être plus un coordinateur que quelqu'un qui sait tout. Tout l'enjeu de mes nouvelles fonctions est de coordonner les équipes tant au niveau de la direction générale administrative qu'au niveau informatique. Il faut pouvoir se reposer sur ces équipes et donner la direction et un tempo. Mon objectif n'est pas d'être directeur informatique à temps plein. "Le Dr Debande est également très content de pouvoir travailler à la tête du Chirec en binôme avec le directeur général médical, Philippe El Haddad. " Cette structure me convient et correspond vraiment à la manière dont je conçois le pilotage d'un hôpital. Ces deux mondes doivent collaborer étroitement pour faire fonctionner un hôpital. Le fait d'être médecin moi-même m'aide à mieux comprendre le corps médical et les soignants de l'institution. Il ne faut pas oublier les soignants. Je préfère d'ailleurs l'appellation de corps médico-soignant."Le nouveau DG apprécie de rejoindre une structure hospitalière moderne. "Les nouvelles infrastructures du Chirec, entre autres le site Delta, sont très attractives. Tous les hôpitaux ont leur cycle de reconstruction. Dans six ans, mon ancien hôpital, le Groupe Jolimont, sera reconstruit et Delta sera déjà un peu vieux. En attendant, c'est très agréable de travailler dans des espaces lumineux. "Au long de sa carrière, le Dr Debande a travaillé dans des hôpitaux publics et privés, universitaires et généraux. "Les modèles de rémunération et de contrats sont différents mais les contraintes et les objectifs sont les mêmes dans tous les hôpitaux."Vincent Claes