...

Pour le prouver, des chercheurs britanniques ont suivi, pendant neuf ans et demi, un groupe de 9.692 volontaires, âgés de 42 à 81 ans (moyenne d'âge de 62 ans), en bonne santé au départ de l'étude. Ils ont recueilli leurs habitudes de sommeil et une foule de renseignements de santé. Quelque 2.022 personnes ont déclaré dormir moins de 6 heures par nuit, 6.684 entre 6 et 8 heures et 986 plus de 8 heures. Au cours de l'étude, 346 participants ont eu un AVC et 67 en sont décédés. Dans le groupe des gros dormeurs, 52 d'entre eux ont été victimes d'un AVC, soit 5,2%, contre un taux de 3% dans celui des petits dormeurs. Les personnes ayant plus de 8 heures de sommeil courent 46% plus de risques de faire un AVC hémorragique par rapport à celles faisant des nuits moyennes (6-8 heures). Trop peu dormir serait également un facteur en lien avec un AVC mais de type ischémique. Le Pr Kay-Tee Khaw et ses collègues ont également découvert que les femmes sont plus à risque que les hommes. Enfin, ils ont fait état d'un autre résultat inquiétant : les changements dans les habitudes de sommeil seraient également mauvais pour la santé. Ainsi, les petits dormeurs qui sont devenus gros dormeurs sont quatre fois plus à risque d'AVC que ceux dont la durée de sommeil est restée stable.