...

Les chercheurs ont analysé le sommeil de 171 femmes, pendant 14 nuits successives. Ces femmes étaient en couple, devaient limiter leur consommation d'alcool et ne pas être sous l'emprise d'antidépresseurs. Elles remplissaient chaque jour un questionnaire sur leur ressenti sexuel, le temps d'endormissement, le nombre d'heures passées à dormir et la qualité de leur sommeil. L'analyse constate une association dose-dépendante entre la durée du sommeil moyenne et la libido. Pour les femmes, chaque minute de sommeil compte : dormir seulement une heure de plus augmenterait de 14% les chances de faire l'amour le jour suivant, ce que les chercheurs ont assimilé à une hausse du désir sexuel. Les patientes aux nuits les plus longues ont aussi rapporté un éveil vaginal plus rapide et une meilleure lubrification. Ces résultats sont d'autant plus impressionnants qu'ils ne sont pas influencés par des facteurs comme l'âge ou la fatigue journalière. Les auteurs soulignent néanmoins que le désir sexuel est dépendant de nombreuses autres variables, comme l'humeur, le comportement du partenaire et la qualité de la relation.