Pour les étudiants en médecine, les professionnels de la santé doivent d'urgence se former aux nouvelles technologies, mais le cursus actuel est défaillant en la matière. Tous les étudiants intéressés pourront rejoindre la Société pour l'intelligence artificielle dans les études de santé.

Cette initiative est "nécessaire pour promouvoir une nouvelle vue sur les études de médecine en Belgique et en Europe à un moment où, outre-mer, des facultés de médecine entières sont fondées de novo pour révolutionner la pratique médicale grâce aux outils digitaux", a précisé Giovanni Briganti à NumeriKare.

Actuellement, le CIUM contacte tous les étudiants qui réalisent un mémoire en lien avec l'intelligence artificielle. "A ma grande surprise, il y en a beaucoup. On va ensuite lancer une grande réunion pour connaître leur point de vue sur l'intelligence artificielle", a développé auprès de l'agence Belga le président de l'organisation représentative des étudiants en médecine et dentisterie.

L'idée est d'examiner dans un second temps comment adapter le programme de bachelier, avec notamment une place plus importante pour les mathématiques et l'étude des algorithmes. "On soumettra nos propositions aux autorités compétentes", a ajouté M. Briganti, selon qui la Belgique "est à la traîne en Europe".

Samedi, le CIUM participait à un congrès sur la santé connectée organisé par l'association Building Healthcare For Tomorrow (BHFT).

Plusieurs études récentes ont montré que l'intelligence artificielle était aussi efficace voire plus efficace que les humains pour établir certains types de diagnostics.