Cette Commission veille à ce que l'administration assure la publicité des documents administratifs qu'elle détient. La Commission n'exclut pas que certaines exceptions puissent être invoquées, mais pas dans ce cadre-ci, semble-t-il.

Or l'administration de la Première ministre Sophie Wilmès bloque la demande de transparence à l'égard des avis et des rapports du GEES. Selon le gouvernement, le groupe d'experts en question ne peut pas être considéré comme une autorité administrative et n'est donc pas soumis à la loi sur la publication des documents.

La Commission rejette cet argument. "Peu importe d'où l'information provient, dès qu'une autorité administrative en dispose, cela est suffisant."

L'équipe de la Première ministre pense par ailleurs que la divulgation de tels documents va mener à "certains malentendus". La population serait inondée d'informations, ce qui rendrait la situation peu compréhensible. Mais, répond la Commission, "en temps de grave crise sanitaire, durant laquelle les libertés fondamentales sont restreintes, la communication de ces avis est d'une grande importance sociale".

Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois pas être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga.

Cette Commission veille à ce que l'administration assure la publicité des documents administratifs qu'elle détient. La Commission n'exclut pas que certaines exceptions puissent être invoquées, mais pas dans ce cadre-ci, semble-t-il. Or l'administration de la Première ministre Sophie Wilmès bloque la demande de transparence à l'égard des avis et des rapports du GEES. Selon le gouvernement, le groupe d'experts en question ne peut pas être considéré comme une autorité administrative et n'est donc pas soumis à la loi sur la publication des documents. La Commission rejette cet argument. "Peu importe d'où l'information provient, dès qu'une autorité administrative en dispose, cela est suffisant." L'équipe de la Première ministre pense par ailleurs que la divulgation de tels documents va mener à "certains malentendus". La population serait inondée d'informations, ce qui rendrait la situation peu compréhensible. Mais, répond la Commission, "en temps de grave crise sanitaire, durant laquelle les libertés fondamentales sont restreintes, la communication de ces avis est d'une grande importance sociale". Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois pas être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga.