...

La revue Science annonce, dans une publication urgente et avancée, la découverte d'un nouveau composant effectif contre le coronavirus Covid-19. Des chercheurs des universités de Lübeck et de Berlin dévoilent pour la première fois la structure cristallographique de la principale protéase du SARS-CoV-2. Or, la protéase est l'une des cibles médicamenteuses les mieux caractérisées contre les coronavirus. Les enseignements de leur étude " pourraient conduire à la conception de meilleurs inhibiteurs du nouveau coronavirus, une étape vers des thérapies urgentes pour lutter contre la pandémie mondiale ".Pour des virus comme le VIH, des médicaments efficaces bloquent la principale protéase du virus, c'est-à-dire une enzyme qui traite les protéines essentielles au développement du virus. L'analyse structurale des protéines fonctionnelles du virus est très utile pour atteindre cet objectif. La fonction d'une protéine est étroitement liée à son architecture 3D. Si cette architecture 3D est connue, il est possible d'identifier des points d'attaque spécifiques pour les substances actives.Linlin Zhang et ses collègues rapportent la structure cristalline de la principale protéase du SARS-CoV-2 à une résolution de 1,75 angström. En se basant sur l'étude de la structure de la protéase principale, les chercheurs ont optimisé les inhibiteurs des coronavirus existants pour développer le composé baptisé " 13b ", un puissant bloqueur de la protéase principale SARS-CoV-2. Ils rapportent que le 13b présente des caractéristiques qui s'améliorent par rapport aux inhibiteurs existants, y compris une demi-vie prolongée dans le plasma sanguin.Zhang et ses collègues ont en outre testé leur principal composé inhibiteur chez la souris, constatant que l'inhalation était bien tolérée et que la souris n'a affiché aucun effet indésirable. Leurs résultats suggèrent qu'une administration directe du composé dans les poumons pourrait être possible et fournir un cadre pour le développement de médicaments pour lutter contre le nouveau coronavirus.Les chercheurs ont utilisé la lumière à rayons X à haute intensité de l'installation BESSY II de l'Helmholtz-Zentrum Berlin. "Pour ces questions de la plus haute pertinence, nous pouvons offrir un accès rapide à nos instruments ", explique le Dr Manfred Weiss, qui dirige le groupe de recherche sur la cristallographie macromoléculaire (MX) au HZB. Sur les soi-disant instruments MX, de minuscules cristaux de protéines peuvent être analysés avec une lumière X très brillante. Les images contiennent des informations sur l'architecture 3D des molécules de protéines. La forme complexe de la molécule de protéine et sa densité électronique sont ensuite calculées par des algorithmes informatiques.L'architecture 3D fournit des points de départ concrets pour développer des substances actives ou des inhibiteurs. Ces médicaments pourraient s'arrimer spécifiquement pour cibler des points de la macromolécule et entraver sa fonction. L'équipe est dirigée par le Pr Rolf Hilgenfeld, de l'Université de Lübeck. C'est un expert de renommée mondiale dans le domaine de la virologie qui a déjà développé un inhibiteur contre le virus du SRAS pendant la pandémie de SRAS de 2002/2003. En 2016, il a réussi à déchiffrer une enzyme du virus Zika.Frédéric SoumoisDOI: 10.1126/science.abb3405